ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

23 janvier 2019 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 08:54 GMT+1



24 Décembre 2018

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
UCINA, dans la manoeuvre financière le gouvernement s'est oubliée des ports touristiques en mettant à risque 2.200 postes de travail

Exprimée très forte déception pour manquée répondue à il craint de l'application retroactive de l'augmentation jusqu'au 400% des loyers domaniaux

UCINA Confindustria Nautique a dénoncé que dans la loi de budget 2019 le gouvernement on a oublié des ports touristiques en mettant à risque 2.200 postes de travail. La représentation de l'industrie nautique a express « très forte déception pour manquée répondue du gouvernement à craint de l'application retroactive - à des contrats déjà en cours - de l'augmentation jusqu'au 400% des loyers domaniaux des ports touristiques ». « Malgré l'intense activité de comparaison avec différents ministres - il a expliqué UCINA - l'amendement parlementaire tourné à fermer à extrait les contentieux de 25 ports touristiques avec l'État n'a pas été inséré dans les maxi amendement du gouvernement, voté au Sénat, qui a entièrement substitué la manoeuvre ».

UCINA s'est rappellée de que le contentieux « concerne l'application retroactive - à des contrats déjà en cours - de l'augmentation jusqu'au 400% des loyers domaniaux fixé du gouvernement Prodi en 2006. En continuité avec le passé - il a remarqué l'organisation - on est choisi de renvoyer encore une fois une décision, nécessaire, maintenant plus que jamais, à éviter la « faillite d'État » des entreprises qui renverserait les 2.200 dédiés des structures portuaires intéressées ».

« En absence d'une particulière règle - il a mis en évidence encore UCINA - à rien elles sont values les sentences du Conseil d'État et cette de la Cour Constitutionnelle, qui a sanctionné que les loyers peuvent être augmentés, mais pas retroactivement, en se devant distinguer parmi les contrats de concession en cours et ceux stipulés successivement à l'entrée en vigueur des augmentations. L'Agence des Entrées, en effet, a commencé récemment à exiger les sommes pas dûs et le premier des 25 ports en contentieux on a déjà vu bloquer les comptes courants ».

En se rappellant de que « en Italie les infrastructures de la nautique de diporto ont été construites entièrement avec des capitaux privés et, à conclusion des contrats de concession des superfici libres, elles seront gratuitement trasmises au patrimoine public de l'État », UCINA a déploré que « tout cela ne représente pas seulement une indue prétention de l'État, à ultérieure démonstration d'une culture anti entreprise qui se répandent dans le Pays, même au niveau de classe dirigeante, mais avoir affronté le problème ne représente pas même une soustraction aux dommages pour tous les citoyens italiens. En actionnant de cette façon, en effet - il a expliqué l'association - le message qui arrive fort et clair à tous les investisseurs, nationaux et etrangers est évident : l'Italie est un Pays où il n'y a pas des certitudes et en lequel il ne nous peut pas avoir confiance. Le second message de cette loi de budget, fortement négatif, est celui-là pour lequel, encore une fois, il obtient écoute seul qui bloque des services publics essentiels. Et même dans ceci il est difficile cueillir des grands changements avec le passé ».

UCINA a conclu en précisant que, dans ce scènario, il confirme « son engagement et poursuite de l'action de représentation et de défense de toute la filière de la nautique de diporto italienne, pour le nécessaire prosieguo d'une comparaison avec les institutions sur ceci et sur les autres thèmes sensibles du secteur ».

ABB Marine Solutions



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail