ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

24 mai 2019 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 02:46 GMT+2



23 Janvier 2019

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Il dure réplique d'Assarmatori à Confitarma et à très lourdes accusations de Honoré à Grimaldi et Mattioli

Stefano Messina : « le respect de la loi n'est pas, et il ne peut pas être, objet de discussion ». Pour les transports maritimes avec la Sardaigne Vincenzo Onorato propose une nouvelle compétition « qui pourrait s'inspirer au modèle français pour la Corse »

L'intervention d'aujourd'hui de la Confédération Italienne Armatrice (Confitarma) pour manifester solidarieté au ministre des Infrastructures et des Transports, Danilo Toninelli, par rapport aux déclarations du président des Honoré Armateurs, Vincenzo Onorato, sur la question des tarifs pratiqués de sa compagnie Tirrenia pour les liaisons avec la Sardaigne soulevée du membre du gouvernement, ne pouvait pas que provoquer l'prévisible ultérieure il réplique de Honoré, toujours réticent ne pas manifester ses convictions. Mais il a sollicité même prise de position de la part d'Assarmatori, la nouvelle association armatoriale italienne instituée à début 2018 qui voit parmi les associés le groupe Honoré Armateurs avec son administrateur délégué Achille Onorato, fils de Vincenzo, qui s'assied dans le conseil directeur.

Assarmatori a précisé qu'il entend se référer à craint de la Convention pour les services de continuité territoriale et pour de la Sardaigne « dans l'ésprit de collaboration qui la distingue, et donc avec l'objectif de rétablir la vérité des faits, en fournissant même au ministre des Infrastructures et des Transports, au sénateur Danilo Toninelli, aux informations vous courez et véridiques ». « Assarmatori - il a expliqué le président de l'association, Stefano Messina - avertit la necessité de reconduire en mode systémique, le débat spécialement à ce cadre de légalité qui a été objet même de récent d'une comparaison particulièrement positive avec le président du Sénat, de Maria Elisabetta Casellati, et avec les autres institutions et qu'il représente un de le sien fines constitutives ».

Pour éclaircir la position d'Assarmatori par rapport à la Convention, patte souscrite dans le 2012 de l'État et de la compagnie Tirrenia, l'association a énuméré six points clé « qui ne devraient pas être objet de distorsion ou de négociations ». Assarmatori s'est rappellés de que « la Convention qui assigne à Tirrenia CIN ces services est proportione d'un accord de par sa nature contractuel validement conclu avec l'État et actuellement dans être » et a souligné que « l'armateur, qui assurent ces services assignés lui de l'État, respecte toutes les règles fixées de la Convention en primis les tarifs définis dans la même de l'administration compétente, par rapport auxquelles garantit même des ultérieurs escomptes ».

En outre Assarmatori a souligné que « Tirrenia CIN s'acquitte de à l'obligation d'actionner dans le cours de tout l'an en se faisant chargé des pertes qui dérivent de l'exercise des bateaux sur quelques direttrici et en les périodes de l'an dans lesquels les bateaux voyagent pratiquement vides, en garantissant toutefois la régularité et la continuité du service » et que « la Convention avec l'État est opérationnelle seulement sur six cassées passagers (et marchandises) vraiment dans l'optique de ne pas garantir à la Sardaigne le droit à la continuité territoriale. Sur toutes les autres routes inclues ces marchandises - il a spécifié l'association - Tirrenia CIN actionne en régime de libre marché en concurrence avec autres armateurs ».

Assarmatori, en mettant en évidence que l'association « représente l'immense majorité des armateurs de ligne à l'oeuvre dans le cabotage national et le transport en commun local en occupant cote plus considérable que des maritimes italiens sur des bateaux battants drapeau italien », s'est rappellé d'avoir « déjà exprimé en plus qu'une occasion sa position : précisé le respect des règles, de la loi et donc de la Convention il sont en vigueur, crue disponibilité à collaborer à la définition d'un nouveau cadre qui permette de garantir la continuité territoriale, à condition que même dans cette optique ils soient respectés les lois de la part de tous les opérateurs : les qu'il signifie obligation d'utilisation de maritimes italiens et/ou communautaires ; garantie de fourniture du service dans le cours de tout l'an ».

Enfin - il a conclu Stefano Messina - « le respect de la loi n'est pas, et il ne peut pas être, objet de discussion ». « Je m'étonne - il a ajouté en éreintant prise de position de la Confitarma - qui soient fournies au ministre Toninelli informations qu'ils ne représentent pas la réalité et ai déjà demandé à ce sujet la disponibilité pour une rencontre, dans laquelle éclaircir même dans ce cas, partagée volonté de transparence qui est dans le code génétique de notre association ».

Si je heurte parmi des représentations de catégorie ainsi s'est aujourd'hui allumé en s'enflammant rapidement, Vincenzo Onorato a porté la question sur le plan personnel en spécifiant que sa réponse est tournée « à Manuel Grimaldi, puisque vrai dominus de Confitarma qui parle et écrit pour bouche du porte-parole Mario Mattioli, revêtu de la somptueuse charge de président ». Deux pigeons avec une fève, se dirait, avec le manifeste but Honoré d'accuser de Grimaldi d'intérêt personnel et de dénigrer Mattioli en diminuant le rôle de guide de la Confédération.

Selon Honoré, « le communiqué d'aujourd'hui de la Confitarma est comble de mensonges et d'inexactitudes ». En particulier l'armateur, en se référant à l'assertion de Confitarma pour laquelle « il n'existe pas quelque risque de perte de travail pour les maritimes italiens au cas où ne soit pas renouvelé l'actuelle convention Tirrenia -Tirrenia-CIN comme, sur la base de la loi est en vigueur, les équipages des bateaux qu'ils actionnent en services de cabotage doivent être obligatoirement communautaire », Vincenzo Onorato a observé que « si ainsi était la Confitarma il devrait expliquer comme jamais sur le Civitavecchia-Port Torres Grimaldi employait environ 100 maritimes immigrés extracommunautaires qui a pourvu graduellement à débarquer seulement après la publique dénonciation d'une partie mienne ».

En précisant que le sien réplique d'aujourd'hui n'est pas tournée « à défendre la Convention Tirrenia-Tirrenia, Convention parmi l'autre - il a spécifié - que j'ai hérité avec l'achat de la compagnie et que je retiens historiquement dépassée, Honoré a éclairci que « les 72 millions d'euro qui l'État garantit ils sont pour les transports pas seulement pour la Sardaigne, mais même pour la Sicile et pour les îles Tremblements, donc - il a ajouté - ce qu'il déclare la Confitarma - et c'est-à-dire qu'ils sont affectés exclusivement pour la Sardaigne - s'appelle de mes parties « mensonge ». Il est singulier - il a poursuivi Vincenzo Onorato - qui Confitarma ne cite jamais le 150-200 millions d'euro que, à divers titre, État et Région Sicile affectent pour les lignes mineures en Sicile les ex associés du monsieur Grimaldi ou des 60 millions sans compétition à peine alloués toujours pour les liaisons pour les îles mineures ».

Si Confitarma a proposé aujourd'hui le modèle espagnol pour subventionner les liaisons de transport maritime tournées à assurer la continuité territoriale, Honoré il s'est dit par contre en faveur d'une nouvelle compétition pour les transports maritimes qui « doit voir bénéficiées toutes les compagnies » et que - a précisé - « il pourrait s'inspirer au modèle français pour la Corse avec des piquets fixe qu'ils excluent des compagnies saisonnières et qui embarque des maritimes immigrés extracommunautaires en laissant à maison les italiens ».

Honoré il a rebattu en outre que Confitarma instrumente craint du chômage des maritimes : « je n'ai jamais parlé - il a souligné - de 50.000 maritimes sans travail à Torre del Greco, mais dans toute Italie. Je serais pu être plus précis - il a poursuivi en attaquant à son tour la Confédération - si Confitarma ne s'était pas refusée de donner au Mit le nombre d'immigrés extracommunautaires embarqués sur les bateaux italiens ». « Au contraire de Confitarma - il a ajouté - Assarmatori a fourni au Mit toutes les informations possibles sur le sujet ».

En mettant en évidence que le sien est une bataille dont objectif est de sauvegarder le poste de travail des maritimes italiens, de rendre possible les jeunes entreprendre une carrière sur la mer et défendre le drapeau italien qui - il a dénoncé - « aujourd'hui est le drapeau panamien du Troisième Millénaire », Vincenzo Onorato a exhorté le nouveau gouvernement à donner « à un signe de discontinuité avec les administrations passées » et à pourvoir « à effectuer ces légitimes contrôles qui mettent dans une impasse ces armateur-spéculateurs qui sont la honte de la grande tradition de la marineria italienne ». « La bataille qui Grimaldi mène, en se cachant derrière la Confitarma - il a conclu Honoré en jetant encore de l'essence sur le feu - est une lutte pour la survie. Pour un groupe comme le sien, qui a des milliardes d'euro de dettes et qu'il actionne du dumping social sur les routes internationales en employant des maritimes immigrés extracommunautaires pour honorer le sien tu engages financiers déjà a reproduit ce modèle en Italie sur les routes de cabotage ».

ABB Marine Solutions
Evergreen Line
Autorità di Sistema Portuale Tirreno Settentrionale



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail