ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

17 juin 2019 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 14:36 GMT+2



4 Octobre 2012

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
d'Ami (Confitarma) : le Registre international est le pivot de la croissance et de la tenue de l'armement italien

« Il peut encore être amélioré à coût zéro - il a remarqué le président de la Confédération - à travers une renouvelée saison de modernisation et simplification des règles »

Malgré l'adverse conjoncture économique « les armateurs italiens ont montré de savoir rivaliser et de continuer à développer la flotte merci à un extraordinaire moyen de croissance : le Registre international ». Il l'a dit aujourd'hui le président de la Confédération Italienne Armateur (Confitarma), Paolo d'Amico, dans le cours de l'assemblée de l'association qui s'est déroulée à Rome.

« De 1998, avec l'introduction du Registre international - il a remarqué d'Ami - la flotte italienne est plus que doublée : 19 millions de tonnes de jauge brute, 80.000 pr3posés directs et 110.000 dans poussé, 37 milliardes d'euro investis en dix ans en Italie et à l'étranger, une flotte qui pour le 67% a moins que dix ans et a rejoint l'onzième position dans le classement des principales flottes mondiales en conquérant la leadership dans le secteur des bacs, des croisières et du chimichiere ».

d'Ami il a souligné que le Registre international est l'axe d'un complexe et délicat système de règles et de procédures qui pour fonctionner - il a expliqué - doit être préservé dans son intégralité : « il peut encore être amélioré à coût zéro - il a précisé - à travers une renouvelée saison de modernisation et simplification des règles ».

Le président de Confitarma a spécifié que l'ordonnance de l'association armatoriale italienne s'insère dans le sillion de la forte action, plusieurs fois demandée du président de Confindustria, de Giorgio Squinzi, tourne à contraster le poids de la bureaucratie. En intervenant à l'assemblée les mêmes Squinzi, il a mis en évidence que « l'Italie a parmi ses points de force le transport maritime qui doit être soutenu et augmenté la puissance » et que « l'cluster maritime italien se confirme comme un des secteurs plus dynamiques de notre économie ». Dans la déscription de l'actuelle situation de crise qui grève sur le Pays et les probables perspectives à moyen terme, Squinzi il a confirmé comme la simplification bureaucratique - craint central de son programme quadriennal - soit fondamental pour la reprise de l'économie italienne : « ils doivent être éliminés - il a expliqué - les obstacles administratifs qui freinent notre économie, ils sont un coût et dans cet instant ils ne sont pas plus soutenables ».

d'Ami il a établi sur la necessité d'entamer une saison de modernisation qui doit impliquer même la machine administrative d'état, à travers les informatizzazione de ses procédures et la création d'une administration dédiée aux nombreuse et complexe thématiques du secteur, en valorisant le rôle de l'administration quelle interface hautement qualifiée avec le monde productif : « depuis longtemps - il s'est rappellé - le monde maritime italien demande un Ministère de la Mer. S'il n'est vraiment pas possible - il a ajouté - il soit au moins rétabli un Département pour les transports maritimes ».

Le président de la Confitarma a cité quelques exemples de modernisation à coût de zéro du complexe système de règles et procédures de secteur : recours à la délégation aux organismes reconnus pour les visites de sécurité et je radie à l'étranger, comme il se produit dans tous les Pays maritimes du monde (pour abattre les considérables frais jointes à l'envoi de personnel qualifié de l'Italie), adaptation des pharmacies de bord aux réelles exigences des équipages et des passagers à bord des différentes typologies de bateaux (l'actuelle disposition oblige les armateurs à une dépense qui en second lieu Confitarma a en grande partie injustifiée, évaluable dans le complexe dans il y 6-8 millions d'euro), rendre opérationnel la banque de données navire et adopter plus aux vite règles à coût zéro relatives àle régime administratif des bateaux (inscription, effacement, dismissione temporaires, procédures coûteuses, même en termes de temps et ressource-je travaille - il a mis en évidence l'association - qui à l'étranger sont déjà entièrement informatisées).

En intervenant à l'assemblée le sous-secrétaire au ministère des Infrastructures et des Transports, Guido Improta, en répondant quelques des problématiques à des soulevées du président de Confitarma dans craint de sburocratizzazione, a affirmé que « sur impulsion du ministre Passera, l'administration est orientée à favoriser l'acceptation des propositions qui Confitarma a déjà élaboré et qu'ils permettraient d'améliorer l'équilibre économique et l'efficacité de l'entier secteur ». En particulier - il a précisé - dans le cadre des initiatives tournées à moderniser, rationaliser et uniformiser les procédures actuelles dans les individuelles États membres, dans le décret Croissance bis à l'examen du Conseil des ministres est prévue, le recepimento de la directive 2010/165, en matière de formalité d'arrivée et départ des bateaux, s'entame vers l'achèvement le procès d'informatizzazione des procédures et a été accéléré le procès pour les informatizzazione de la Banque de données Navire.

Nella sa relation d'Ami a dédié détail attention même au problème de la piraterie. Après avoir tourné une pensée aux fusiliers du batallion San Marco, Massimiliano Latorre et Salvatore Girone, encore détenus en Inde, il a vanté la stratégie italienne de contraste à la piraterie qui trouve son pivot dans la loi n.130 du 2011. Une stratégie - il a observé - que « elle s'est révélée extrêmement positive, merci surtout à l'intense collaboration entre armement et Marina Militare ». d'Ami il a renouvelé la disponibilité et l'intérêt de l'armement à revisiter, là où retenu nécessaire, la Convention du 11 octobre 2011, en la rendant encore plus répondant à la réalité opérationnelle. D'autre part - il s'est rappellé - il manque encore le décret d'actuation de la loi 130 pour permettre l'emploi d'équipes privés armés à bord des bateaux italiens lorsque ils ne soient pas disponibles ou ne soit pas possible embarquer les Noyaux Militaires de Protection. « L'Italie - il a dit le président de la Confitarma - ne peut pas rester en arrière. Une grande partie de notre flotte pourrait changer drapeau seulement pour le manque d'une mesure administrative à coût zéro ! » À telle intention d'Ami il a remercié les sénateurs Amato et Pinotti « initiateurs de la résolution adoptée deux jours il y à de la Commission Défendue du Sénat, qui engage le gouvernement à compléter un projet de défense active prévu de la loi 130, en tenant présents soit les exigences de l'industrie armatoriale italienne soit les nécessaires modifications de la règle primaire et du décret d'actuation dont nous avons de l'urgent besoin ».

Au sujet de l'incident de Costa Concordia, d'Ami il a réaffirmé le chagrin de l'armement pour la perte de vies humaines et a souligné comme la Confitarma ait vite collaboré sans bruits avec les institutions « pour d'identifier des éventuelles améliorations à apporter à la sécurité de la navigation déjà d'autre part réglée normatives internationale et nationale très sévère ». D'autre part - il a poursuivi - il ne faut pas oublier « les centaines de commandants italiens de bateaux de croisière du monde l'elevé caractère professionnel duquel est toujours de reconnue à niveau international ; épreuve en est qu'environ la moitié des bateaux de croisière il a un commandant italien ».

Dans il craint de cabotage, le président de Confitarma a souligné comme, à cause d'une carence de la règle communautaire qui en 1999 a libéralisé les trafics du cabotage des Pays EU, des administrations compétentes ne sont pas en mesure d'activer des contrôles pour vérifier l'effective authenticité d'opérateurs extracommunautaires qui entrent dans les trafics domestiques italiens. Même sur les routes de short shipping - il a expliqué - on remarque des discriminations à donnent des armateurs italiens parce que les diverses administrations compétentes ne réussissent pas « à cémenter leurs actes sur une stratégie commune tourne à défendre le système ». d'Ami il a sollicité même une décidée action politique pour vérifie en domaine communautaire de la compatibilité du régime de l'ecobonus pour l'an 2010-2011.

Sulla privatisation de Tirrenia, le président de Confitarma on est réservé d'exprimer des avis dans attendue qui l'entier procès soient complétés pour quelques sociétés régionales. En particulier, au sujet du fait qui la Région Sardaigne a à peine annoncé la constitution d'une société de navigation pour les liaisons entre Sardaigne et continent ( du 27 septembre 2012), d'Ami a souligné que « pas seulement telle société est constituée avec argent publie, mais actionnera sur des services de ligne là où est déjà des présentes sociétés privées » et que « quelques traites déjà employer de subventions ministérielles. Au contempo, malgré les nombreux tu sollicites de Rome et de Bruxelles, la Région Sardaigne tarde à privatiser la société régionale Saremar ».

D'une partie le sien le sous-secrétaire Improta s'est rappellée de que les ministères intéressés ont censuré l'allocation de fonds régionaux en faveur de liaisons avec le continent, notoirement de compétence d'état, en proposant au Conseil des ministres l'impugnativa. D'autre part - il a ajouté - « selon combien prévu de l'alinéa les 7 de l'article 19 ter de la loi 166/2009 seules fonctions et les tâches de programmation et d'administration relatives aux services de cabotage maritime de service public, qui se déroulent à l'intérieur d'une région, ils peuvent être exercé de la même région ».

En ce qui concerne les ports, le président de Confitarma a réaffirmé la totale contrariété de l'armement à la demande avancée de quelques Autorités Portuaires d'agrandir sa compétence en matière de détermination tarifaire et d'organisation des services technicien-nautiques d'amarrage, pilotage et remorque, parce que cela signifierait - il a expliqué - « manquer de l'indispensable garantie d'une application homogène à niveau national soit des mécanismes tarifaires que des conditions de sécurité opérationnelle étroitement liées à des tels services. Garantie qui seulement le ministère des Infrastructures et des Transports peut assurer, dans une correcte et impartiale logique de système ». Aussi en réaffirmant la disponibilité à je dialogue avec Assoporti, Confitarma - il a ajouté - entend faire valoir « les intérêts de l'armement national qui, ensemble à celui etranger, représente l'usager qui effectivement satisfaite tels services » et considère extrêmement précieux l'accord interassociativo, paraphé sur la matière en 2007 de toutes les associations représentatives de l'usage et des distributeurs des services technicien-nautiques.

Au sujet des rapports avec le monde bancaire, le président de Confitarma a annoncé une table de comparaison constructive avec ABI et avec les principales banques italiennes « pour mieux focaliser la réalité armatoriale italienne, historiquement composée d'entité exclusivement corporate, de longue tradition, bien lointaine de phénomènes d'entreprises principalement financières qui caractérisent autres expériences étrangères et pour définir des best practice en mesure de satisfaire des exigences particulières des banques et, au même temps, de garantir de la continuité d'entreprise de nos entreprises ».

En matière de sécurité et d'ambient d'Ami il a invoqué la prête résolution de la problématique relative à la disposition qui impose aux paquebots en service de ligne d'utiliser combustible à basse teneur de soufre dans la Zone de Protection Ecologique (pratiquement tous les liaisons entre continent et Sicile-Sardaigne), produit - il a expliqué - de difficile découverte dans nos ports dans les quantitatifs demandés du marché.




ABB Marine Solutions Evergreen Line Vincenzo Miele


Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail