ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

21 septembre 2018 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 09:35 GMT+2



31 Mai 2018

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
La délégation d'Assoporti abandonne la conférence ESPO pour protestation contre l'intervention des belge De Gucht

Retenu inacceptable et déplacé le discours d'au-delà de 15 minutes centré sur la situation politique et économique italienne de l'ex ministre et du commissaire UE al Commercio

Actuellement l'Italie est plus de l'habitude au centre de l'attention européenne parce qu'il n'a pas un gouvernement et - et celle-ci n'est pas une chose de ces jours - pour l'état pas du tout brillant de l'économie nationale sur laquelle il flotte le nuage menaçant d'une énorme dette publique. Lorsque une nation est ainsi sous observation arrive immanquablement que les déclarations d'exposants politiques etrangers plus ou moins de critiquex, ou retenues telles, dans les comparaisons du Pays en question soient repoussées comme une inacceptable ingérence dans les affaires politiques et économiques d'un État souverain, soit aussi - dans ce cas - membre de l'Union Européenne.

Ainsi il s'est passé les derniers jours pour une déclaration délivrée du commissaire européen au Budget, allemand Günther Oettinger, qui dans interviewe télévisée a sensiblement affirmé que la marche de l'économie italienne et les réactions des marchés pourraient dans futur pousser les italiens à ne pas voter pour des partis populistes. Une déclaration qui a déchaîné un scandale et qu'il a poussé la Commission Européenne a répandre deux précisions, une à signature du président dans lequel Jean-Claude Juncker exprime « sa conviction que les sorts de l'Italie ne peuvent pas dépendre d'éventuelles injonctions des marchés financiers. L'Italie, indépendamment des partis qui la dirigeront dans futur - a écrit Juncker- est un Pays fondateur de l'Union Européenne qui a fourni une énorme contribution à l'intégration européenne. Le président est convaincu que l'Italie continuera sa parcours européenne. La Commission est prête à coopérer avec l'Italie responsablement et dans le respect réciproque. L'Italie mérite respect », déclaration qui a été accompagnée de cette du même Oettinger dans lequel il souligne de respecter « pleinement la volonté des électeurs de chaque Pays, soit eux de gauche, de droite ou de centre. Mon intention dans faire référence aux actuels dévelopements de marché en Italie - loi dans la note d'Oettinger - n'était pas cette de manquer de respect et désire m'excuser. L'Italie est un Pays fondateur de l'Union qui a déroulé et déroule toujours un rôle important dans l'intégration européenne. J'espère qu'il poursuive sur cette route ».

Aujourd'hui un analogue épisode est arrivé dans le domaine de la conférence annuelle de l'association des ports européens en déroulement à Rotterdam. Comme autres politiciens, Karel De Gucht, déjà ministre des Étrangers belge et commissaire européen à Commercio, dans ces jours a délivré divergées des interviews sur la situation italienne, à dire les vrai pas ainsi critiques dans les comparaisons du Beau Pays. Aujourd'hui, cependant, en intervenant à la conférence de l'European Sea Ports Organisation, De Gucht est tournées sur argue. Une intervention qui la délégation de l'Association de Porti Italiens a jugé déplacé et qu'il a poussé les représentants d'Assoporti, ou bien le président de l'association Zeno D'Agostino et les présidents d'Autorité de Système Portuaire Stefano Corsini (Thyrrénien Septentrional), Pino Musolino (Adriatique Septentrional) et Ugo Patroni Griffi (Adriatique Méridional), à abandonner la salle de la conférence en signe de protestation en expliquant que De Gucht pour au-delà de 15 minutes s'est laissées aller à un long, et complètement déplacé, l'intervention centrée sur la situation politique et économique italienne avec - ils ont spécifié - des « commentaires superficiels », « notes excessivement polémiques » et « évaluations non appropriées » que, à j'avertis des présidents des ports italiens, ont représenté « une intolérable ingérence dans les questions internes nationales ».

Qui pensait que les barrages brise-lames qui protègent les ports européens ils avaient le pouvoir de contenir le clapotis qui agite les eaux de l'EU est resté dégrisé.


ABB Marine Solutions
Consorzio ZAI



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail