ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

22 septembre 2018 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 08:53 GMT+2



31 Août 2018

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Federagenti confie que le gouvernement M5S/Lega n'exclura pas des grands bateaux de croisière dans la Lagune de Venise

Saints (Assoagenti Vénétie) : le trafic des crocieristi pèse moins du 5% sur le total des touristes qui envahissent quotidiennement la ville

D'un gouvernement comme cela actuel italien on peut dire tant de choses, peut-être tout et le contraire de tout. Une chose semble être la unique certaine de l'exécutif en charge de trois mois : être contre. Être contre quelque chose ou contre quelqu'un est le collant qui semble tendre ensemble les partenaires de la coalition, du Mouvement 5 Stelle et de Lega Nord. Le premier, né comme organisation de dénonciation du malaffare de la politique italienne, maintenant de Palazzo Chigi il continue à viser le doigt pour inculper. La seconde, fondé pour sauvegarder les intérêts des régions du nord Italie et - en passant pour la demande d'une forme fédéraliste de gouvernement - joint à supposer la scission du Pays, semble maintenant avoir agrandi le rayon dans lequel les « bons » ont adopté une approche définie sovranista, sur la base dont les « mauvais » sont au-delà des frontières nationales.

Il apparaît évident que les partenaires de la coalition de gouvernement plus aient piqué en commune lorsque on affronte des thèmes internationaux, là où pour les deux il y a mauvais bizzeffe (à globalisation, à Union Européenne, à migranti) plutôt que questions locales, où on a de la peine à distinguer les méchants de la honnêtes (finance publique, nationalisations, infrastructures, ambient).

Peut-être pour ceci il y a qui définit ondivago, ou pire hystérique, l'approche du gouvernement par rapport aux questions nationales. Une de celles-ci, cette de je transite des grands bateaux de croisière dans la Lagune de Venise, a été affrontée même des précédents gouvernements. Maintenant qu'il est le roulement de l'exécutif formellement représenté du premier ministre Giuseppe Conte et concrètement guidé des vice-présidents du Conseil des ministres, de Luigi Di Maio (M5S) et de Matteo Salvini (Ligue), l'actuel titrer du ministère des Infrastructures et des Transports, du pentastellato Danilo Toninelli, est réussie à mécontenter un peu tous : d'abord en supposant l'abordage des grands paquebots à Marghera, en suscitant la réaction des comités locaux qui s'opposent à leur entrée en Lagune, ensuite en exposant une progressive exclusion de ces bateaux du périmètre lagunaire, en alarmant les opérateurs du secteur crocieristico et touristique.

Jusqu'à maintenant sur les événements plus récents, comme l'écroulement du viaduc de l'autoroute Morandi à Gênes, il a été évité une comparaison dirigée parmi les deux partenaires de la coalition gouvernementale. Ainsi il s'est produit même pour la question des grands bateaux à Venise, avec Salvini qui hier à Venise, à l'occasion de la signature d'un protocole de légalité pour la réalisation de la Route express Avancées Veneta avec le président de la Région de la Vénétie, de Luca Zaia, ont affirmé la necessité qui Venise soit mise en sécurité par rapport à transite des grands bateaux, mais cela sans poser à risque l'occupation et le tour d'affaires engendré du tourisme.

Une affirmation qu'elle a suffi à la fédération des agents maritime italiens quelle assurance contre l'éloignement des grandes compagnies crocieristiche de Venise. Selon Federagenti, en effet, il est « positif que le gouvernement manifeste avec force l'intention de s'occuper du cas Venise dans la recherche d'une solution que compenetri les exigences de tutelle de la ville avec ces d'une filière qui garantit occupation à au-delà à de 4.000 personnes préposé, occupation, comme souligné du Premier ministre Matteo Salvini - elle met en évidence la fédération dans une note qui ne peut pas être perdue et que de toute façon il représente la clef de voûte du marché crocieristico dans toute la portualità du haut Adriatique ».

Selon Federagenti, en outre, « de la lecture de la note de MIT et des mots du ministre Toninelli elles arrivent des indications qui reconfirment, si nécessaire, que le trafic crocieristico peut être géré dans la Lagune de Venise des merci à des impacts environnementaux marginaux même en termes de mouvement houleux et de sécurité de la navigation ; pour contre l'alarme sur l'impact touristique il est, nombres à la main, infondé : les crocieristi représentent, en effet, une en pour-cent inférieur au 5% du total des touristes qui envahissent tous les ans Venise ».

Alessandro Santi, président de l'Association Agent Raccomandatari et Mediatori Maritimes de la Vénétie, il a perçu la position de l'actuel gouvernement sur les grands bateaux à Venise comme une tournant : « l'attention - il a affirmé - s'est déplacée de l'analyse de l'impact technique, ambiant et de sécurité de la navigation à la sostenibilità touristique qui, selon le Ministère, serait la vraie motivation pour bannir les grands bateaux de croisière de Venise, en restreignant ultérieurement les modalités d'accès à la station maritime de la ville. Et cela pour est en définitive un signal positif, parce que nous sommes en degré, données à la main, de rassurer le ministère qui le trafic des crocieristi pèse moins du 5% sur le total des touristes (30 millions de visiteurs par an) qu'ils envahissent quotidiennement la ville et d'autre part avec des capacités de dépense supérieures à la moyenne ».

« Pour contre - il a ajouté Saints - une hypothèse des foules de zérotage des croisières sur Venise il risque d'amorcer un effet boule de neige dévastateur avec la perte davantage de 4.000 postes de travail dans la seule ville de Venise, mais même avec des effets parallèles sur les autres ports du haut Adriatique, en considérant que la réelle motivation pour laquelle les grandes compagnies de croisière le remontent a un nom précis : Venise ».

Selon les agents des mrittimi, donc, « vraiment à la lumière des dernières indications du Ministère, qui a évacué le champ de faux mythes sur l'impact environnemental, sur la sécurité et sur le mouvement houleux, est maintenant indispensable la messe à point de plan Venise qui contienne des indications précises sur la conservation du trafic crocieristico en ville ».

« Venise, est le cas de se rappeller de lui - il a commenté le président national de Federagenti, Gian Enzo Duci - tire sa raison historique d'exister du fait de s'être développée comme une ville tendu, comme un magasin des gens. Nier l'existence de ce code génétique portuaire et maritime, signifie condamner la ville à un rôle passif de ville musée ».

Une ville tendu, un magasin des gens, qui - peut-être oui (Salvini) ou peut-être non (De Maio/Toninelli) - le gouvernement pourrait continuer à maintenir ouverte à l'abordage des bateaux de croisière. L'unique chose certaine est que l'abordage sera défendu à ces bateaux, comme l'Aquarius avec ses migranti, qu'ils voulaient prolonger leur « croisière » jusqu'à Lagune.

Bruno Bellio

ABB Marine Solutions
Consorzio ZAI



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail