ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

4 juillet 2020 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 20:41 GMT+2



10 Juin 2020

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Celles-2la amorcées de la pandémie de covid-19 sont les récessions global plus grave presque d'un siècle

OCSE expose deux scènarios, en tenant compte d'une possible deuxième vague de l'émergence sanitaire

Celles-2la amorcées de la pandémie de covid-19 sont les récessions global plus grave presque d'un siècle à cette partie et une seconde vague de l'émergence sanitaire pourrait aiguiser ultérieurement la crise qui déjà cause des énormes dommages à la santé, au travail et au bien-être des personnes. L'analyse de OCSE sur l'impact de la pandémie sur l'économie est décourageante et encore davantage elles sont les perspectives économiques illustrées aujourd'hui de l'Organisation pour la Coopération et Sviluppo Économique qui met en évidence que si les restrictions aux activités adoptées dans le monde pour contenir la contagion commencent à diminuer, la parcours vers la reprise économique reste toutefois absolument incertaine et exposée aux effets d'une possible deuxième vague d'infections.

Les économies mondiales sont en forte difficulté comme les mesures de limitation introduites de la plupart des gouvernements et nécessaires pour ralentir la diffusion du virus et limiter le budget des victimes ils ont causé la fermeture de nombreuses activités dans beaucoup de secteurs de l'économie et l'incertitude sur les possibilités d'une reprise, même à la lumière des limées possibilités qu'un vaccin puisse être disponible avant cet an, il a poussé OCSE à définir deux possibles scènarios.

Deux perspectives que, en second lieu l'Organisation pour la Coopération et Sviluppo Économique, sont sont les deux vraisemblables : une est basée sur l'hypothèse que la pandémie soit poste sous contrôle et l'autre tient compte de se vérifier d'une nouvelle vague de contagions avant la fin du 2020.

Avec le premier scènario on prévoit que cet an l'économie mondiale enregistrera une flexion du -6% et que le taux de chômage dans les pays de OCSE montera au 9,2% par rapport au 5,4% dans le 2019.

Si par contre elle éclatait une seconde vague de la pandémie, qui déterminerait un retour à l'arrêt des activités économiques, on vérifierait un écroulement du -7.6% de l'économie mondiale, pour ensuite remonter du +2,8% dans le 2021. Selon les prévisions de l'Organisation pour la Coopération et Sviluppo Économique, au sommet de la seconde vague de la pandémie le taux de chômage dans les économies de OCSE résulterait plus du double par rapport au taux précédent les pandémies et les perspectives d'une reprise de l'occupation dans le 2021 seraient insuffisantes.

OCSE a mis en évidence que l'impact sur l'économie des rigoureuses et relativement prolongées des limitations aux activités adoptées en Union Européenne sera particulièrement dur. On prévoit que, si elle éclatera une seconde vague de contagions, dans le 2020 le produit interne brut de l'aire de l'euro devrait baisser du -11.5%, pendant qu'il diminuera d'au-delà du -9% même si il évitera de se raviver de la crise sanitaire, pendant que relativement aux Etats Unis on prévoit que - selon le scènario - l'économie subira une contraction respectivement du -8.5% et de -7.3%. Pour l'économie du Japon les perspectives sont respectivement de flexions du -7.3% et -6%, pendant que pour des économies émergents comme Brésil, Russie et Afrique du Sud, qui affrontent des détails défis déterminés de la pression sur les systèmes sanitaires auxquels on ajoute les difficultés causées d'un écroulement des prix des matières premières, s'attendent accentués des baisses respectivement du -9.1%, -10% et -8.2% au cas se vérifiait une seconde vague de la pandémie et du -7.4%, de -8% et -7.5% si l'émergence sanitaire aura terme. Moins considérable, par contre, l'impact sur le Pil de la Chine et de l'Inde, avec des prévisions de diminutions respectivement des -3.7% et -7.3% en cas de secondes vagues et du -2.6% et -3.7% avec l'autre scènario.

OCSE a averti que, toutefois, dans tous les deux les scènarios on prévoit que la suivante phase de reprise, qui initialement pourra être rapide, se repoussera de toute façon pour beaucoup de temps d'abord qu'on arrive à des niveaux de production pre-pandémiques. En outre la crise lascerà tu traînes de longue durée, avec baisse des standards de vie, un haut taux de chômage et un affaiblissement des investissements. En particulier, la perte de postes de travail dans les secteurs qui plus qu'autres ont souffert l'impact de la crise, comme le tourisme, l'hospitalité et l'amusement, frapperont surtout les travailleurs peu qualifiés, les jeunes et les travailleurs précaires.

Si, en lisant ces sombres prévisions, quelqu'un il pourrait s'attendre qu'OCSE invitent les gouvernements à faire le possible pour réactiver plus vite possible les activités économiques ancre ils arrêtent doit se changer d'avis. « Dans je conteste l'actuelle - il a observé le secrétaire général de OCSE, Angel Gurría - incertitude est clairement extrême, mais les implications de cela sur les politiques macroéconomiques ne sont pas symétriques. Les décisoirs politiciens - il a remarqué Gurría - avaient raison pas indugiare trop dans introduire des mesures d'urgence et maintenant - il a ajouté - ils devraient éviter d'être trop rapide dans les ôter ».

« La mode dans laquelle les gouvernements agissent aujourd'hui - a expliqué Gurría - il modèlera le monde post-Covid pour les ans à venir. Cela est vrai pas seulement à niveau national, où les justes politiques peuvent favoriser une reprise élastique, inclusive et soutenable, mais même relativement à la mode dans laquelle les pays coopèrent pour affronter ensemble les défis globaux. La coopération internationale, un point faible jusqu'à présent dans la réponse politique - il a souligné le secrétaire général de OCSE - peut créer confiance et avoir des importants effets retombée de positifs ».

Laurence Boone, chef économiste de OCSE, a suggéré quelques initiatives que les gouvernements pourraient adopter pour limiter l'impact de la pandémie sur l'économie et promouvoir la reprise : « ils seront nécessaires - il a affirmé - politiques extraordinaires pour trouver la mode juste pour aller vers la reprise. Riavviare les activités économiques et entretemps éviter un second foyer de contagion demande un procès décisional flexible et agile ». Une particulière suggestion pour aider les secteurs de l'économie à s'adresser vers la reprise laisse toutefois interdits : Boone, en effet, a conseillé que les mesures d'assistance et le soutien actuellement adoptées pour les secteurs plus frappés de la crise devraient être adaptés pour aider les entreprises et les travailleurs à s'orienter vers nouvelles activité. Peut-être qu'ils en pensent les représentants des catégories économiques actuellement au collapsus de l'exhortation tournée de OCSE aux gouvernements pour qu'ils stimulent des entreprises et des travailleurs à abandonner ces secteurs, évidemment retenus incapables ou empêchés à tourner à la situation pre-pandémie, vu que l'invitation à se développer ou de toute façon passer à des nouvelles activités ceci signifierait pour l'immense majorité des entreprises et des travailleurs de secteurs comme ceux du tourisme, de l'hospitalité et de l'amusement cités de OCSE. La recommandation à progresser et s'innover - comme plus il est approprié interpréter l'encouragement des Boone - semble en effet le conseil d'apprendre à nager donné à quel elle a déjà la tête sott'acqua.


PSA Genova Pra'



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail