ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

21 octobre 2021 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 05:06 GMT+2



4 Octobre 2021

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Une étude menée par l’ETF et l’ECSA souligne les défis à relever pour mettre en place un système européen de collecte de données sur les gens de mer

Les sources existantes sont lacunaires, inégales et partielles

Le 30 septembre dernier, le syndicat européen des travailleurs des transports European Transport Workers' Federation (ETF) et l’association des armateurs européens « European Community Shipowners » Associations (ECSA) ont achevé le projet Mapping of Maritime Professionals (MapMar) qui a duré 32 mois et a eu l’objectif d’évaluer comment obtenir davantage de données exactes et comparables et des informations plus standardisées sur la main-d’œuvre européenne du secteur du transport maritime, compte tenu de l’insuffisance actuelle de données fiables et homogènes sur le nombre de personnes disponibles pour l’emploi sur le marché du travail maritime de l’Union européenne. En particulier, l’objectif du projet, financé par l’UE, a été d’examiner comment améliorer la façon dont ils sont recueillis données sur l’emploi des gens de mer et d’offrir des propositions concrètes sur comment créer un système de collecte de données approprié.

L’étude a identifié et analysé 93 sources de données sur 30 nations réparties en trois types principaux: les systèmes contiennent des détails sur la certification des gens de mer; systèmes plus générales visant à recueillir des données sur l’emploi dans une série de secteurs; systèmes de sécurité sociale. De l’examen approfondie de ces sources a émergé un paysage mixte et complexe. L’analyse a montré que, dans chaque des trois types de sources de données, il existe un large éventail de termes d’accessibilité publique, de couverture, de détail et de spécificité. En outre, chacun des trois types de sources même limitée, dans une plus ou moins grande mesure, par rapport à peut contribuer à une description claire et précise de la maind’œuvre du secteur maritime. En effet, dans la plupart des cas, les systèmes qui recueillent des données sur les gens de mer ne peuvent révéler si un marin est actif ou non. En outre, ces Les sources comprennent rarement des données spécifiques sur les gens de mer. Enfin, les systèmes de sécurité sociale spécifiques aux gens de mer disposent souvent de données pertinentes, mais il s’agit de systèmes qui ne sont pas universelles dans tous les États membres de l’UE, collectent des données particulièrement sensibles et peuvent ne pas couvrir tous les marins de la nation.

Il ressort donc du projet qu’aucune des sources de données recueillant des informations sur les gens de mer a comme fonction l’élaboration d’une cartographie détaillée de la force travail maritime et souvent les données sont collectées, classés, archivés, adaptés et contrôlés de manière à rendre difficile la comparaison entre sources, entre groupes de marins ou entre nations comme il est difficile ou impossible le comparaison de données provenant d’une gamme de sources différentes.

Si l’étude de l’ETF et de l’ECSA note que c’est la base à partir de laquelle partir pour définir des protocoles pour le développement d’un système européen de collecte de données solide et fiable, mais souligne que la planification stratégique et le développement de politiques exigent des données valables comparables et par rapport aux nations qu’à l’époque. En outre, étant donné le rapide évolution des changements dans les différents secteurs, y compris celui maritime, il est particulièrement important que ces données soient aussi à jour que possible.

Selon ETF et ECSA, les données relatives aux certifications des maritimes devraient être à la base de tout système de la détection de la main-d’œuvre maritime au niveau européen et, en outre, un ensemble cohérent de données sur les marins accessibles au public par toutes les administrations permettrait comparaisons dans le temps qui ne sont pas actuellement possibles.

Constatant toutefois qu’un ensemble de données recueillies sur ces bases aurait encore une limitation, c’est-à-dire inclurait tous ceux qui ont des certificats en vigueur, quel que soit le que les gens de mer travaillent ou non, l’étude suggère deux approches possibles pour faire face à cette limite: lieu pourrait être effectuée un ajustement cohérent, transparente et fiable pour tenir compte du nombre estimé de ce type de marins dans l’ensemble des données collectés par chaque administration, adaptation qui devrait être régulièrement mis à jour pour s’assurer qu’il continue à refléter la situation actuelle; deuxièmement, les données des certificats pourraient être liés à ceux des bases de données fiscales ou de sécurité sociale afin de fournir une indication actualisée et précis quant à savoir si les gens de mer travaillent en mer ou moins.

Commentant les résultats de l’étude, Estelle Brentnall, responsable du secteur maritime de l’ETF, a noté que « maintenant nous avons une image plus claire de la situation des données des marins et cela , a-t-il souligné - nous offre une excellente possibilité de contribuer de manière significative à la construction d’un système de collecte de données à grande échelle au niveau européenne dans le secteur maritime. Doré le jour, notre commune objectif, d’ETF et de l’ECSA, sera de cibler tous les nos efforts pour trouver la meilleure façon de soumettre ces résultats aux décideurs politiques de l’UE ».

« Nous sommes convaincus », a commenté Rosella Marasco, directrice des affaires sociales et juridiques de l’ECSA - que des données précises, fiables et standardisés des professionnels de la mer soient essentielles pour développer des réponses stratégiques appropriées aux les défis auxquels l’industrie du transport maritime est confrontée. Avec le notre partenaire social ETF - a convenu Marasco - nous ne voyons pas l’heure d’instaurer un dialogue constructif avec les responsables politiques de l’UE au profit de la communauté maritime ».




Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail