ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

23 octobre 2021 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 15:20 GMT+2



14 Octobre 2021

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
ÉDITORIAL
La position incompréhensible de certains représentants de l' travailleurs en ce qui concerne la protection de la santé de ceux qui travaillent dans le Ports

Peut-être y a-t-il encore ceux qui croient qu’un virus immatériel est moins dangereux qu’un véhicule qui peut percuter un personne

La sécurité du travail dans le port est discutée, discutée, l’indignation - à juste titre - lorsque des accidents se produisent, parfois malheureusement grave et mortel. La sécurité du travail dans le port n’est pas parle du tout, de manière incompréhensible, lorsque le préjudice à la santé de un travailleur portuaire n’est pas causé par l’impact d’un chariot élévateur, de la chute d’un conteneur ou d’un autre événement matériel, tangible et évident pour tout le monde. Nous ne parlons pas de la sécurité du travail dans le port lorsque celle-ci est compromise par une virus, un incorporel, « ethere » « chose », qui mais il peut causer les mêmes dommages graves à la santé des travailleurs jusqu’à l’issue extrême de la mort.

Pour éviter que des catastrophes tangibles ne se reproduisent, les différents acteurs du monde portuaire - institutions, employeurs et représentants des travailleurs - convenus sur l’adoption, chacun selon ses compétences et ses dépendances, de toutes les mesures possible pour prévenir la récurrence des accidents. Les travailleurs aussi les ports se sont mis d’accord sur la nécessité d’autoriser effectuer des travaux dans les ports, en particulier pour les salariés les tâches opérationnelles, uniquement à celles qui ont été soumises la formation obligatoire minimale pour empêcher le travailleur de peuvent blesser ou blesser d’autres travailleurs en faisant leur propre devoirs.

Il est surprenant qu’une partie des travailleurs portuaires eux-mêmes, pour le ce qui est clair que les mesures doivent nécessairement et consciencieusement être adopté pour prévenir malheurs possibles, n’ont pas autant à l’esprit la nécessité de imposer des mesures appropriées pour contrer un danger potentiel tout aussi mortel que celui posé par un virus impalpable.

Il est difficile de comprendre quelles sont les motivations qui induisent beaucoup croient qu’un danger transparent n’est pas un danger. Il est difficile de comprendre pourquoi, par exemple, la coordination des Les travailleurs portuaires de Trieste prennent parti non seulement contre l’obligation du laissez-passer vert pour travailler au port, mais aussi contre l’obligation, pour effectuer des activités de travail, pour montrer ce certificat que à partir de demain, il sera étendu à tous les lieux de travail et dont l’adoption avait été proposée par la Commission européenne pour protéger la sécurité des citoyens de l’UE pendant la Covid-19.

Faire la lumière sur la position extrémiste de certains « pas de passe verte », il peut être utile de se référer à un des voix officielles de la manifestation : celle du Syndicat des syndicats Basique (USB). Lundi, ce syndicat a réitéré son position sur la passe verte spécifiant que « l’USB estime que le vaccin est, à l’état de la technique, le plus outil de santé important et utile pour lutter contre la pandémie de Sars - CoV-2, avec l’utilisation de masques, de la distanciation et suivi ». Une déclaration qui en soi, il pourrait suggérer que l’USB, conformément à la la position du syndicat sur la façon de faire face aux dangers « matériaux » du travail au port, les deux aussi bien en faveur de l’introduction d’une obligation de vacciner pour contrer les dangers « immatériels ».

Mais ensuite, l’USB a mentionné son propre « corps à corps avec administration pour réaliser les protocoles de sécurité adapté à l’urgence en cours, en menant une campagne nationale et international pour pourboire total, reproductibilité et la propagation des vaccins en supprimant la contrainte des brevets qui ils doivent être publics et non comme une garantie du profit de l' multinationales, considérant qu’il est essentiel de vacciner tout le monde tout au long de la monde ». Sur ce point, nous sommes d’accord : c’est il est essentiel de vacciner tout le monde dans le monde, comme c’est le cas indispensable, pour éviter de nouveaux accidents dramatiques dans les ports de partout dans le monde, mettre en œuvre toutes les mesures de prévention et former obligatoirement le personnel portuaire. Cela ne se produit pas dans tout le monde.

Mais en Italie, il existe une obligation de formation pour les travailleurs portuaires et personne ne proteste, en effet pour tout le monde, il semble qu’un une réalisation essentielle pour la sécurité des travailleurs. Personne grève, en bref, parce que les travailleurs formés à la mer sont empêché d’effectuer des tâches dans le port et pas de protestation parce que dans d’autres pays, la formation n’est pas obligatoire ou, en fait, il n’existe pas. Pas de protestation, nous semble-t-il, parce que tout le monde - institutions, employeurs et travailleurs - se fait compte que pour éviter plus de décès est nécessaire, en effet consciencieuse, appliquer les bonnes pratiques là où c’est déjà le cas possible de le faire. À nous chez inforMARE il semblerait juste de faire de même pour faire face à un piège immatériel mais tout aussi potentiellement mortel.

Bruno Bellio




Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail