ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

17 octobre 2019 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 12:38 GMT+2



26 Mars 2012

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
La sentence de l'Antitrust sur présumé écriteau entre agent maritime et expéditionnaires génois - ils accusent Assagenti et Spediporto - est injuste et excessivement punitive

Les associations annoncent la présentation de recours à TAR Latium et, si nécessaire, au Conseil d'État

Assagenti et Spediporto retiennent que l'Autorité Garante de la Concurrence et du Marché (AGCM) soit étés pas seulement injuste en ayant délib3ré que les deux associations et 15 agences maritimes ont posé dans être un accord restrictif de la concurrence aux sens de l'article 101 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne par « l'accroissement concerté - explique l'Autorité Antitrust dans la mesure - des équivalents des services des agenziali », mais que même il se soit acharné sur les associations et sur les entreprises en décidant les derniers jours de prescrire la valeur la plus grande des sanctions applicables, infliger une amende les donc pour un total d'au-delà quatre de millions d'euro ( dele 16 Mars 2012).

L'association des agents maritime et l'association des expéditionnaires de Gênes ont illustré aujourd'hui à la presse les raisons sur la base dont retiennent qu'AGCM soit entièrement en erreur et ont annoncé qu'ils présenteront instance de sospensiva des sanctions ainsi que recourues prés du Tribunal Administratif Régional du Latium en arrivant ensuite, si nécessaire, à s'appeler au Conseil d'État.

Le président d'Assagenti, Giovanni Cerruti, et du président de Spediporto, Roberta Oliaro, coopérés avec respectivement du secrétaire Plus grand des Muscats et du directeur général Giampaolo Coup, ont repoussé toutes les assertions de l'Autorité Antitrust, à partir présumée secret de l'accord, qui était centré sur les « droits fixe », c'est-à-dire tourné de couvrir des coûts pour la compilation des documents utiles au transport terrestre et maritime.

L'accord parmi les deux associations, qui n'était pas engageant - il a expliqué Cerruti - était en cours de 1950, était établi en transparence et était bien connue beaucoup qui périodiquement en avait donné nouvelle la presse. Et depuis longtemps il était à connaissance de même AGCM : en 1997 et en 2002 - ils se sont rappellés Cerruti et Moscatelli - l'Antitrust avait évalué la possibilité d'entamer dans mérite une enquête en décidant successivement d'archiver la pratique en ayant accepté la position de l'association. Entre autre Assagenti il avait demandé plusieurs fois (la dernier tourne en 2008) un avis légal sur l'accord au fin d'avoir confirmation de sa légitimité. L'accord a été disdettato, donc, seulement suite à le départ de l'enquête qui s'est conclue avec les lourdes sanctions.

Du même j'avertis Spediporto : « les accords sur les droits tu fixes, soit eux génois, livornesi, triestini, Vénitiens etc - il a confirmé l'association des expéditionnaires - étaient parfaitement connus et connus à l'Autorité jusqu'à du 1997. Cela signifie que étaient retenus parfaitement licites. Et rien est changé d'alors. Et il ne pouvait pas être autrement : les droits tu fixes, surtout pour les agents de ligne complétés, ils ne pouvaient pas et ils ne peuvent pas endommager le business principal de l'armateur auquel ils répondent ».

L'accord - il a souligné Cerruti - indiquait le toit le plus grand dont des tarifs, « au-delà le service ne doit pas coûter ». Objectif - il a précisé Roberta Oliaro - « il était de défendre les intérêts des petites sociétés » et conséquence de la cessation de la patte volontaire parmi les deux associations a été par contre « une augmentation importante des tarifs ».

Dans la sentence ACGM remarque que l'accord génois avait des répercussions même dans autres ports italiens : des « nombreux documents aux actes du dossier istruttorio - loi dans la mesure - témoignent que les tarifs là pratiqués étaient aptes à influencer même les transactions dans autres ports de la Méditerranée, quel par exemple Gioia Tauro et La Spezia ». L'accord - il a objecté le président de Spediporto - avait caractère prettamente local et valait seulement pour les maisons d'expédition génoises.

Dans les motivations qui ont poussé AGCM à porter à terme l'enquête en prescrivant des sanctions, l'Antitrust explique « d'avoir retenu que les engagements présentés partout riferissero à des mener susceptibles de se compléter un accord horizontal tourne à coordonner les stratégies commerciales, et en particulier les politiques de prix dans les services d'agence maritime, ou bien rentrants parmi les restrictions plus graves de la concurrence, et que par conséquent, en ligne avec le système communautaire, ne pouvaient pas être accueillies les engagements proposés et on devait procéder, par contre, à la vérification de l'éventuelle infraction ». Selon Assagenti et Spediporto, à tel je concerne AGCM « a gaffé », puisque - ont mis en évidence - l'accord parmi les deux associations est si jamais du type « vertical » et - il a remarqué Cerruti - établi parmi qui il facture et qui satisfait et pas « horizontal », c'est-à-dire défini d'une catégorie à donnent du client. Dans ce cas - il a été remarqué - « il n'y a pas quelque victime ».

« L'accord sur les droits tu fixes - il a mis en évidence Giovanni Cerruti - est de par sa nature vertical, établie parmi deux associations de catégorie qui actionnent à un niveau différent de la chaîne de la distribution. Ce type d'accord licite et est considéré de la théorie économique comme je stimule à l'efficacité ». « Les analyses économiques conduite sur présumé impact anticoncurrentiel de l'accord sur les clients et sur les consommateurs - il a confirmé Roberta Oliaro - ont montré la totale irrilevanza des droits fixes et du soi-disant escompte de fidelizzazione. Pourcentages infinitésimaux sur le client et sur le consommateur. Absence totale d'un concret intérêt économique des expéditionnaires à l'augmentation des droits tu fixes et d'un désirable intérêt économique à l'escompte de fidelizzazione. Les froids donnés économiques disent que nous sommes bien lointains de scènarios anticoncurrentiels. Voilà parce que nous nourrissons trouble et amertume pour la prononce de l'Antitrust ».

Nous retenons même - il a ajouté le président de Spediporto - qui « l'Antitrust n'ait pas absolument évalué les documents que nous avons produit », le dernier dont - il a spécifié le légal de l'association, Danilo Guide - elle est une mémoire de 554 pages. « L'impression - il a observé Giampaolo Coup - est que la sentence était écrite déjà dès le début ». Pour Assagenti et Spediporto, en effet, l'Antitrust n'a pas tenu dans quelque compte les motivations défensives présentées des associations et des avocats des agences maritimes parmi la première formulation de l'accusation avancée de AGCM dans le printemps/été du 2010 et l'audition finale qui s'est tenue à Rome dans le janvier passé. Davantage : l'Autorité Antitrust - il a dénoncé l'avocat Guide - n'a pas voulu accepter la position de Spediporto « probablement parce qu'il s'attendait que les expéditionnaires colpissero les agents maritimes ».

Les deux associations critiquent même l'entité des amendes : 82mil euros environ à ciascuna des deux associations et au-delà de 3.9 millions d'euro aux 15 agences maritimes, avec de montants différents établis - il explique AGMC dans la mesure - en tenant compte du chiffre d'affaires et en prenant « même en debita considération l'effective capacité économique des parties préjuger, en mode significative, le jeu concurrentiel », en appliquant donc au montant défini sur un de base du chiffre d'affaires « en pour-cent pair au 10% en raison du détail gravité de l'infraction » et « des montants ainsi obtenus, multipliés pour le nombre d'ans de partecipation à l'infraction ».

« En cas analogues - il a remarqué Cerruti - ce type de sévérité n'a pas été appliquée. Il nous semble un acharnement injustifié ». Selon l'Antitrust, par contre, au cas ils recourent des « nombreux facteurs que les orientations de la Commission européenne pour le calcul des amendes demandent comme nécessaires pour placer la mesure de la sanction à une valeur elevée de la fourche de ceux-ci prévue ».

La consistance des amendes - il a dit Cerruti - n'est même pas lointainement proportionnée au « poids » minimum des droits fixes sur les entrées des agences maritimes : « elle est - il a expliqué - une voix accessoire qui représente moins du 1% du coût total du transport porte à porte et, selon une enquête de Spediporto, environ le 0,001% sur le produit final à la consommation. Par conséquent il n'est pas en mesure de constituer pour lui d'un élément anticoncurrentiel ».

« Les froids donnés économiques - il met en évidence une note répandue de Spediporto - disent que nous sommes bien lointains, même seulement au niveau d'hypothèse, de scènarios anticoncurrentiels. À moins qu'on ne retienne pas qu'une incisività du 0,029% du droit je fixe sur le coût de l'opération économique soit de telle importance à déterminer sviamento du trafic et donne à l'usager et ou au consommateur ! il ne vous a pas été par conséquent quelque comportement en mesure d'endommager de la concurrence parmi des États membres (si jamais on a cherché de garantir une déjà minimum capacité compétitive des entreprises italiennes) ».

Cerruti et Oliaro ont confirmé que les sanctions pourraient avoir un impact sur la force de travail des agences, qui représente la principale charge économique des sociétés : « notre préoccupation - il a dit le président de Spediporto - est que la sentence aille peser sur l'occupation ». Ils sont bien les 950 les employés des 15 entreprises objet de la mesure, c'est-à-dire qui ont participé par leurs représentants aux réunions de la Commission Portuaire d'Assagenti qui s'est occupée entre autre de définir l'accord avec les expéditionnaires. « Il est opportun se demander - il a recriminato Cerruti - si soit juste qui la totale liberté décisionale de l'Autorité pour la Concurrence puisse, en cas comme ceci, créer des dommages sociaux et économiques des conséquences imprévisibles ».

« L'Autorité - il a dénoncé en outre Cerruti - a préféré sanctionner les individuelles agences, à la place des associations de catégorie. Celui au seul but de pouvoir prescrire une sanction quatre de millions d'euro, qui n'aurait pas été possible appliquer aux associations de catégorie, visa la limite la plus grande du 10% du chiffre d'affaires prévu de la réglementation ».

Une accusation, même si en forme voilée, a été exprimée dans les comparaisons « de quel - il a affirmé Roberta Oliaro - il s'est permis de dénoncer l'accord ». C'est-à-dire à dire : le groupe danois Maersk, qui est leader mondial du secteur du transport maritime de ligne et qu'il adhérait à Assagenti par son agence maritime Maersk Italie, qui est sortie de l'association génoise à la fin de l'an passé ( du 17 novembre 2011). Les représentants des agents maritimes et les expéditionnaires génois ont remarqué le primaire rôle du groupe danois dans l'enquête, dont il est sorti economiquement indemne en ayant collaboré avec l'Antitrust auquel il a présenté question d'admission au bénéfice de la clémence. Même l'agence maritime Hapag Lloyd Italy a en suite fait instance d'admission au bénéfice de la clémence et - ils ont expliqué les représentants des deux associations - il a présenté de la documentation qui a poussé AGCM « à agrandir la période sanzionatorio en le portant du 2007-2009 au 2004-2009 ». Merci à telle collaboration l'entité de l'amende à chargement de Hapag Lloyd Italy a été partagée en deux.

Brun Bellio







PSA Genova Pra'


Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail