ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

28 septembre 2021 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 09:18 GMT+2



1 Septembre 2021

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Dans l’UE, le secteur du transport maritime est développement durable, mais de nouveaux défis vieleront de l’augmentation de la demande

Premier rapport de l’AEE et de l’EMCSA sur l’impact environnemental du shipping dans l’Union européenne

L’Agence européenne pour l’environnement (AEE) et l’Agence européenne pour l’environnement sécurité maritime (EMSA) ont présenté aujourd’hui leur première rapport sur l’impact environnemental du transport maritime européen, secteur - souligne le document - qui effectue et continuera de jouer un rôle essentiel dans le commerce et l’économie mondiales européenne et qui, en termes économiques, 77 % du commerce extérieur européen et 35 % de celui entre les États membres de l’UE. Le rapport précise que, malgré une baisse de l’activité maritime en 2020 en raison des effets de la pandémie de Covid-19, une forte croissance est prévue au cours des prochaines décennies alimentée par la demande croissante de ressources primaires et de transport maritime conteneurisé.

Le rapport explique que les navires produisent 13,5 % des émissions de gaz à effet de serre provenant des différents moyens de transport dans l’UE, classant le transport maritime immédiatement après le transport routier (71 %) et l’aviation (14,4 %). En 2019, les navires qui ont fait escale dans les ports européens ont produit environ 1,63 millions de tonnes d’émissions de dioxyde de soufre (SO2), une chiffre - précise le document de l’AEE et de l’EMSA - qui devrait dans les décennies à venir grâce à l’introduction de mesures législatives plus strictes pour la protection de l’environnement. En outre, on estime qu’entre 2014 et 2019, le transport maritime a contribué à doubler les niveaux de pollution sonore sous-marin dans les eaux de l’UE et a été responsable de l’introduction de la moitié des espèces non indigènes dans les mers européennes depuis 1949.

Le document énumère les impacts les plus importants du transport maritime sur l’environnement, à partir de la contribution à l’augmentation des gaz à effet de serre: dans l’ensemble, en 2018, les navires escale dans les ports de l’UE et de l’Espace économique européen ont généré environ 140 millions de tonnes d’émissions de CO2 (environ 18 % des émissions mondiales) et, en ce qui concerne pollution atmosphérique, en 2019, les mêmes navires ont produit environ 1,63 million de tonnes d’émissions de dioxyde de soufre (SO2), soit environ 16 % des émissions mondiales générées par le transport maritime international.

Concernant la contribution à la pollution sonore sous-marin, le rapport précise que les navires créent de la pollution acoustique qui peut avoir des répercussions sur les espèces marines en de différentes manières et on estime qu’entre 2014 et 2019, l’énergie sous-marin total irradié et accumulé dans les eaux de l’UE soit plus que doublé. Les porte-conteneurs, les navires à passagers et les pétroliers génèrent les émissions d’énergie les plus élevées sonores générées par l’utilisation des hélices.

Sur l’introduction d’espèces non indigènes dans les mers de l’UE, dans l’ensemble, depuis 1949, le secteur du transport maritime être le principal responsable (environ 50%) de cette diffusion, dont la majeure partie a été détectée dans le Méditerranée. Il s’agit d’un total de 51 espèces, toutes classés à fort impact, en ce sens qu’ils peuvent affecter les écosystèmes et sur les espèces indigènes. Le rapport indique également que les données disponibles pour évaluer l’impact global sur les habitats et sur les espèces sont limitées.

Le rapport examine également la pollution par les pétroles causée par les navires en précisant que, sur un total de 18 grands déversements accidentels de pétrole survenus dans le monde depuis En 2010, seulement trois se sont produits dans l’UE (17 %). En outre, le document souligne qu’un meilleur suivi et une meilleure connaissance et l’application des dispositions contribuent à réduire les accidents de pollution par les pétroles, même si la quantité du brut transporté par mer n’a cessé d’augmenter au cours des 30 dernières années.

Le rapport examine également l’état actuel des nouvelles solutions pour un développement durable du transport maritime, y compris l’utilisation de carburants de remplacement et de batteries et la fourniture d’électricité terrestre aux navires des ports, en dressant un tableau complet de leur diffusion dans l’UE. Le le rapport décrit également les défis futurs posés par le changement climatique pour le secteur, y compris l’impact potentiel de l’élévation du niveau de la mer dans les ports.

« Si, d’une part, le secteur maritime européen joue un rôle vital pour notre bien-être économique - a a observé le directeur exécutif de l’Agence européenne pour l’environnement, Hans Bruyninckx, lors de la présentation d’aujourd’hui de la rapport - d’autre part, ce rapport montre clairement que l’ensemble du secteur, tant au niveau européen qu’international, doit assumer d’urgence la responsabilité d’accroître les efforts visant à réduire son empreinte environnementale. Bien qu’ils soient déjà mesures ont été prises sur la base des politiques européennes et internationales, il faut faire beaucoup plus pour parvenir à un changement essentiel vers un développement durable du secteur du transport maritime qui contribue à garantir en le bien-être futur et la survie de nos écosystèmes les plus sensibles et des zones côtières, ainsi que le bien-être des européens ».

« Le développement durable par l’innovation - a Ajouté Maja Markovcic Kostelac, directrice exécutive de l’EMSA - représente pour le transport maritime une opportunité de effectuer une transformation de la même ampleur que celle qui en découle du remplacement des voiles par la vapeur. Cette nouvelle révolution maritime dépendra du développement de navires basés sur les technologies avancées et les solutions numériques, mais aussi par un processus hétérogène et pleinement inclusif aux niveaux national, européen et internationale comprenant la protection, la sécurité, les aspects sociaux et environnementaux. Mais le rôle du transport maritime en tant que maillon d’une chaîne logistique transnationale. Cela signifie que chaque maillon de cette chaîne - des ports au secteur de la construction et des expéditions navales jusqu’aux secteurs financiers public et privé - doit faire partie de notre engagement en faveur de la durabilité ».

« Le rapport conjoint », a relevé le commissaire européen pour l’environnement, les océans et la pêche, Virginijus Sinkevicius - dresse un excellent aperçu des problèmes présents et futurs liés au secteur. Le message est clair : le transport maritime devrait augmenter dans les années et, si nous n’agissons pas maintenant, le secteur produira de plus en plus émissions de gaz à effet de serre, polluants atmosphériques et pollution sonore sous-marine. Une transition en douceur mais rapide est essentiel pour atteindre les objectifs de l’accord vert européenne et de se rapprocher de la neutralité en termes de émissions de carbone. Cette transformation créera également de nouvelles opportunités économiques pour le secteur européen des transports dans le cadre de la transition nécessaire vers une économie bleue durable. Le défi est immense, mais nous avons les technologies, les ressources et la volonté d’y faire face ». »

« Notre stratégie de mobilité durable et intelligent - a commenté Adina Valean, commissaire européenne aux Transports - précise que tous les modes de transport doivent devenir plus durables, plus intelligentes et plus résilients, y compris le transport maritime. Bien que ces dernières années, ce secteur a amélioré son empreinte mais elle doit encore faire face à de grands défis en matière de de décarbonisation et de réduction de la pollution. Basé sur l’ensemble des données les plus récentes, nos politiques visent aider le secteur à résoudre ces problèmes en exploitant les solutions innovantes et les technologies numériques. Dans de cette façon le transport maritime peut continuer à croître et à répondre aux besoins quotidiens des citoyens, en harmonie avec l’environnement, tout en restant compétitif et en continuant à créer emplois de qualité ».




PSA Genova Pra



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail