ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

16 juillet 2020 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 05:45 GMT+2



9 Avril 2020

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
La Commission Européenne recommande que pendant l'émergence les ports permettent l'accostage aux bateaux de n'importe quel drapeau

Exhortée la désignation de ports dans lesquels pouvoir effectuer l'échange des équipages. Remerciement de ECSA pour les lignes guide EU tournées faciliter les déplacements et les necessités des maritimes et des passagers des bateaux

Hier la Commission Européenne a répandu des lignes guide pour la protection de la santé et je retourne dans son pays des maritimes, des passagers et d'autres personnes à bord des bateaux dans le domaine des indications aux nations de l'Union Européenne sur comme coordonner les mesures pour la limitation de la diffusion du virus covid-19, des indications - il a spécifié le commissaire aux Transports, Adina Valean, en présentant le document - qui incluent prescription sanitaires et recommandations pour l'échange des équipages ainsi que la demande aux États de l'EU de désigner des ports dans lesquels il puisse se produire un rapide remplacement des équipages et l'exhortation vis-à-vis des compagnies crocieristiche à rappeler à leurs responsabilités vers ses clients et employés.

Relativement aux bateaux de croisière, en effet, les lignes guide se rappellent justement de que la responsabilité d'organiser la rentrée des passagers et des membres de l'équipage des bateaux de croisière revient aux compagnies crocieristiche, responsabilité qui - il est précisé - peuvent inclure retourne dans son pays des ports situés à de hors de l'EU et, en particulier, l'organisation de tous les vols charters nécessaires ou d'autres transports.

Les lignes guide précisent que pour les bateaux battants drapeau d'un État membre de l'EU, l'État de drapeau devrait permettre aux passagers et à l'équipage de débarquer dans un de ses ports et que les États membres elles devraient soutenir la compagnie crocieristica dans prendre les dispositions nécessaires pour retourne dans son pays et l'accès à des soins médicaux adéquats. Si l'État de drapeau n'est pas en mesure de recevoir d'un bateau - ils éclaircissent les lignes guide - cet État devrait offrir assistance aux compagnies dans prendre des accords avec autres États membres de l'EU ou avec Pays tiers. En particulier, les dispositions devraient réduire au minimum le temps dans lequel le bateau reste en mer en fournissant au contempo des bonnes infrastructures médicales et les liaisons de transport pour les rapatriements.

Le document de la Commission Européenne explique en outre que si le bateau de croisière bat drapeau d'un Pays troisième, les États EU devraient de toute façon l'accueillir pour raisons humanitaires. En tels cas - ils précisent les lignes guide - on recommande de demander à la compagnie crocieristica adaptez des dispositions de par sa nature financière et logistique, comme par exemple la messe à disposition de dispositifs de protection individuelle, de structures pour la quarantaine, la location d'autobus et de vols charters, et cette première qui le bateau de croisière amarrent en port. Le document éclaircit en outre qu'au cas on n'en venait pas à des tels accords, on devrait de toute façon prendre en considération je débarque sûr et rapide des personnes à bord du bateau et en faciliter le transfert à maison.

Quant aux personnes contaminées de covid-19 présents à bord des bateaux de croisière, les lignes guide expliquent que l'État d'abordage doit prendre en considération débarque là où les hôpitaux ou les structures sanitaires temporaires dans les proximités aient la capacité suffisante pour fournir des adéquats soins médicaux. Les passagers et les membres de l'équipage pas infectés ou symptomatiques, par contre, autrefois débarqués devraient être portés en structures de quarantaine, si cela est nécessaire pour contrôles médicaux, ou bien retournées dans son pays.

Toujours relativement aux bateaux de croisière, le document précise que, pour celles avec à bord des citoyens de l'UE qui doivent amarrer en Pays tiers, les États membres peuvent activer le Mécanisme unionale de protection civile comme dernière ressource, par exemple s'ils ne sont pas des disponibles vols aériens commerciaux.

Les lignes guide de la Commission fournissent même des recommandations relatives à transite et à je débarque des passagers et de l'équipage pour toutes les typologies de bateaux. Parmi celles-ci, le document explique que pour faciliter je transite des citoyens de l'UE et des citoyens de Pays tiers titulaire d'une permission de séjour ou d'un visa pour séjour longue durée qui rentrent dans de leur État membre de nationalité ou de résidence, les États membres devraient identifier des ports adéquats qui peuvent être reliés à des couloirs de transite de passage sûr institués conformément à la communication sur la réalisation des voies de bus. À telle intention les lignes guide spécifient entre autre que, là où des difficultés temporaires empêchent retourne dans son pays immédiat de citoyens de Pays tiers à cause des restrictions imposées du Pays de nationalité, les compagnies crocieristiche ou les armateurs devraient, en ligne avec leurs obligations, trouver des accords avec l'État d'abordage pour garantir un séjour sûr à ces personnes, et cela devrait inclure l'accès à des soins médicaux et à des logements adaptés, pour lesquels les autorités d'état puissent avoir le droit de demander une indemnisation à l'opérateur du bateau.

Sur il craint de l'échange des équipages des bateaux, les lignes guide réaffirment entre autre que les maritimes, puisque personnel essentiel, devraient être exempts des restrictions de voyage lorsque ils sont en transit vers le port dans lequel ils assument ses fonctions. La nouveauté plus considérable introduite dans le nouveau document présenté de la Commission EU par rapport aux précédentes recommandations tournées aux États membres consiste dans la désignation de ports dans lesquels pouvoir effectuer l'échange de l'équipage. Le document explique que, en consultation avec la Commission, les États membres devraient, en coordination entre eux, désigner varies tendus dans l'Union Européenne pour le rapide échange de l'équipage. Des tels ports devraient être géographiquement disparus de façon à couvrir l'entière EU et devraient être reliés à des aéroports opérationnels et à des stations ferroviaires. En outre les États membres devraient prévoir la possibilité d'activer des liaisons aériennes et ferroviaires dédiées ou régulières pour garantir les liaisons de transport nécessaires pour les échanges d'équipage. Les ports désignés à l'échange des équipages devraient même avoir dans les proximités loges dans lesquelles les maritimes pourraient attendre l'arrivée du bateau sur lequel s'embarquer ou leur vol, train ou bateau si ceux-ci ne partent pas dans le même jour de leur je débarque du bateau. Le logement devrait en outre permettre de se soumettre par 14 jours de quarantaine avant l'embarquement et après je débarque si l'État membre le demande et si les tests pour vérifier la positività ou moins au virus ne sont pas disponibles.

Celles-ci et les autres recommandations tournées de la Commission Européenne aux États membres pour qu'ils facilitent les déplacements et les necessités des maritimes et des passagers des bateaux ont été accueillies avec absolue faveur de l'European Community Shipowners'Associations (ECSA) : «¬†ECSA - il s'est rappellé du secrétaire général de l'association des armateurs européens, Martin Dorsman - a travaillé à serré du contact avec la Commission Européenne au sujet de telle question, ensemble à notre partie sociale, à la Fédération européenne des travailleurs des transports. En étant le bien-être de l'équipage et des passagers notre priorité principale, les lignes guide servent sûrement comme de base pour les changements qui doivent se vérifier sur le champ. Nos associés travailleront à étroit contact avec les autorités nationales pour vérifier que la procédure établie dans les orientations soit mise en acte et certainement transmettrons notre feedback à niveau européen. D'une partie le sien, ECSA continuera à collaborer avec les institutions de l'EU pour assurer que tous les États membres adoptent une approche coordonnée en ce qui concerne la réalisation des lignes guide de la Commission¬†».

PSA Genova Pra'



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail