testata inforMARE
7 décembre 2022 - Année XXVI
Journal indépendant d'économie et de politique des transports
00:46 GMT+1
LinnkedInTwitterFacebook
Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Mario Sommariva a été nommé commissaire extraordinaire de l'Autorité de Système Portuaire de Mare Adriatico Orientale
Le secrétaire général de l'organisme est surgi à d'Agostino qui ANAC a déclaré déchu de la charge
8 Juni 2020

Suite à la délibération n. 233 le 4 mars passé, que nous publions de suite, avec lequel l'Autorité Nationale Anticorruzione (ANAC) a déclaré Zeno D'Agostino déchu de la charge de président de l'Autorité de Système Portuaire de Mare Adriatico Orientale puisque telle charge aurait été inconferibile pour la précédente tâche d'Agostino aux sommets de la Trieste de Terminal Passagers, dont l'AdSP, détient le 40% des parts, la ministra des Infrastructures et des Transports, Paola De Micheli, en confirmant son estime dans les actes de Zeno D'Agostino, a nommé Mario Sommariva commissaire extraordinaire de l'Autorité de Système Portuaire. La tâche à Sommariva, actuel secrétaire général de l'AdSP de Mare Adriatico Orientale, a été formalisée vendredi avec la signature du décret de la part du ministre.

L'AdSP a mis en évidence que la nomination veut garantir la continuité de l'action administrative de l'Autorité et la conclusion de tous les procédures déjà dans être et a spécifié que de MIT elle est arrivée même assurance sur la validité et efficacité de tous les actes jusqu'aujourd'hui adoptés sous la gestion d'Agostino. À telle intention l'organisme portuaire a annoncé que Sommariva a déjà signé un décret de valide de tous les actes délibérés du 2016 à aujourd'hui.

« Je remercie - il a déclaré Sommariva - le ministre Paola De Micheli par la confiance accordée au soussigné. La tâche a le but d'assurer stabilité et continuité pour le temps étroitement nécessaire au plein rétablissement des organes de sommet, que je souhaite se produise dans le plus bref temps possible. Le port est motrice économique de la ville et il ne peut pas s'arrêter ».



Autorité Nationale Anticorruzione
Président

Délibération n. 233 du 4 Mars 2020

relative à la vérification d'une situation d'inconferibilità dont à l'art. 4 du d.lgs n. 39/2013, en se référant à la tâche de Président de l'AdSP omissis

Dossier UVIF n. omissis /2019

Le Conseil de l'Autorité Nationale Anticorruzione

dans l'assemblée du 4 Mars 2020 ;

vu l'article 1, l'alinéa 3, de la loi 6 novembre 2012, n. 190, selon lequel l'Autorité Nationale Anticorruzione exerce des pouvoirs d'inspection au moyen de demande de nouvelles, informations, actes et documents aux administrations publiques et commande l'adoption d'actes ou des mesures demandées du plan national des anticorruptions et des plans de prévention de la corruption des individuelles administrations et des règles sur la transparence de l'activité administrative prévue de la réglementation sont en vigueur, ou bien le déplacement de comportements ou les actes contrastant avec les plans et les règles sur la transparence ;

vu l'art. 16 du d.lgs. 8 avril 2013 n. 39, selon lequel l'Autorité Nationale Anticorruzione veille sur le respect, de la part des administrations publiques, des organismes publics et des organismes de droit privé en contrôle je publie, des dispositions dont à cité décret, dans il craint d'inconferibilità et d'incompatibilité des tâches, même avec l'exercise de pouvoirs d'inspection et de vérification d'individuelles fattispecie d'attribution des tâches ;

vue la relation du Bureau Vigilance sur l'impartialité des fonctionnaires publics (UVIF).

Fait

Elle a parvenu à cette Autorité une signalisation ayante à objet présumée hypothèse d'inconferibilità de la tâche de Président de l'Autorité de Système Portuaire omissis à l'omissis, déjà Président de l'omissis.
De l'instruction il tourne de l'Autorité est émergé que l'omissis a été : - Commissaire Straordinario de l'AdSP omissis de l'omissis à l'omissis ; - Président de l'omissis de l'omissis à ce jour en vertu du renouvellement intervenu l'omissis ; - Président de l'AdSP omissis de l'omissis à ce jour.

Par conséquent, il s'est retenu applicable, au cas à l'étude, l'art. 4, la Co. 1 lett. b), du d.lgs n. 39/2013 aux sens dont « aux àquels, dans les deux ans précédents, ils aient déroulé des tâches et ont recouvert chargées en organismes de droit privé ou financié de l'administration ou de l'organisme public qui confère la tâche […] ils ne peuvent pas être conféré : b) les tâches d'administrateur d'organisme public, de niveau national, régional et local ».

Cette Autorité, suite à délibéré consiliare de l'omissis il a communiqué aux sujets intéressés le départ d'une procédure de vigilance ex art. 16, Co. 1, du d.lgs n. 39/2013 relatif à une possible hypothèse d'inconferibilità, aux sens du susmentionné article, de la tâche de Président de l'AdSP omissis.

L'omissis, après avoir reparcouru l'histoire de l'omissis et l'alternance dans les tâches, a retenu pas applicable l'art. 4 du d.lgs n. 39/2013 au fattispecie à l'étude.
Avec suivante note prot. omissis, l'omissis a envoyé à cette Autorité un avis légal - rédigé de l'omissis - dans lequel on a exclu la répétition d'exposée fattispecie d'inconferibilità.

Avec note prot. omissis, RPCT de l'AdSP omissis a adhéré aux considérations suesposte de la part de l'omissis et on est opposé aux considérations formulées de cette Autorité en demandant l'archivage de la procédure de quo.

Droit

Applicabilità de l'hypothèse d'inconferibilità dont à l'art. 4, Co. 1 lett. b), du d.lgs n. 39/2013

De l'instruction il tourne de l'Autorité est émergé que l'omissis a été :
  1. Commissaire Straordinario de l'AdSP omissis de l'omissis à l'omissis ;
  1. Président de l'omissis de l'omissis à ce jour en vertu du renouvellement intervenu l'omissis ;
  1. Président de l'AdSP omissis de l'omissis à ce jour.
L'attribution de la tâche de Président de l'AdSP omissis s'est produite en violation de la discipline dont à l'art. 4 Co. 1 lett. b) du d.lgs n. 39/2013 aux sens dont « aux àquels, dans les deux ans précédents, ils aient déroulé des tâches et ont recouvert chargées en organismes de droit privé ou financié de l'administration ou de l'organisme public qui confère la tâche […] ils ne peuvent pas être conféré : b) les tâches d'administrateur d'organisme public, de niveau national, régional et local ; ».
Ils recourent, en effet, les éléments constitutifs de la susmentionnée fattispecie, eu en ce qui concerne :
  1. Nature juridique de l'organisme en provenance omissis aux fins de ses ricomprensione dans la définition d'« organisme de droit privé réglé ou financié » delequel à l'art. 1, de Co. 2 lett. d), du d.lgs n. 39/2013 ;
  1. Nature juridique de la charge tourne en provenance aux fins de sa riconducibilità dans la définition de « tâches et de charges en organismes de droit privé réglés ou financiés » aux sens de l'art. 1, Co. 2 lett. et) du d.lgs n. 39/2013 ;
  1. Nature juridique de l'organisme de destination ou bien de l'AdSP omissis aux fins de ses ricomprensione dans la définition d'« organisme public » ex art. 1, Co. 2 lett. b) du d.lgs n. 39/2013 ;
  1. Nature juridique de la charge de destination ou bien de Président de la susdite Autorité, aux fins de sa riconducibilità dans la définition d'« administrateur d'organisme public » dont à l'art. 1, Co. 2 lett. l) du d.lgs n. 39/2013.

  1. Nature juridique de l'organisme de provenance : omissis « organisme de droit privé réglé ou financié »
Il faut, d'abord, vérifier la structure sociale ainsi que les fonctions déroulées de l'omissis au fin de sa riconducibilità dans la notion d'« organismes de droit privé dont réglés ou financiés » à l'art. 1, à co.2 lett. c), du d.lgs n. 39/2013. Aux sens de la disposition citée ils sont telles « les sociétés et les autres organismes de droit privé, même tu prives de personnalité juridique, dans les comparaisons dont l'administration qui confère la tâche : 1) qu'il déroule des fonctions de régulation de l'activité principale qui comporte, même à travers le relâchement d'autorisations ou de concessions, l'exercise continué de pouvoirs de vigilance, de contrôle ou de certification ; 2) qu'il ait une partecipation minoritaire dans le capital ; 3) tu financies les activités à travers des rapports conventionnels, quels contrats publics, contrats de service public et de concession de biens publics ».

Pour combien il conforme aux governance sociale, on remarque ce qui suit.

La société a été constituée aux sens et pour les effets omissis, qui prévoit la faculté pour les Autorités de système portuaire de promouvoir la constitution de société privatistiche pour la déroulement de services d'intérêt génĂ©ral.
Originairement l'omissis pouvait se qualifier comme société en house de l'AdSP omissis, tenu compte qui ce dernier organisme en détenait l'entier capital social.
La situation est changée dans l'omissis, lorsque l'alors Autorité Portuaire a banni une procédure à évidence publique pour la cession du 60% du capital social d'omissis.
À je hésite de la susdite, les actions de l'omissis appartiennent seul dans la mesure du 40% à l'AdSP de l'omissis qui est, donc, associé de minorité. L'restant omissis des actions de l'omissis ils appartiennent à l'associé privé omissis.
En particulier, l'omissis est une société à responsabilité limitée le capital de laquelle est détenu omissis.
Sur les de base des pactes parasociali et du statut social, à l'organisme public (AdSP) elle revient la nomination de deux membres des cinq actuellement en charge du Conseil d'Administration de l'omissis. Par conséquent la majorité des nominations est effectuée de la part de l'associé de majorité privé.

Pour ce qui concerne le profil fonctionnel, se met en Ă©vidence ce qui suit.

L'omissis déroule, autant, toutes ces activités essentielles, connexes, collatérales et de support corrigé à s'étaler des opérations d'omissis.
Il s'occupe, aussi, de projeter omissis.

Très prĂ©cĂ©dent, l'omissis. il rentre dans la notion dont Ă  l'art. 1, Ă  co.2 lett. d) du d.lgs n. 39/2013 ou bien cette d'« organismes de droit privĂ© rĂ©glĂ©s ou financiĂ©s » parce que de la susmentionnĂ©e catĂ©gorie il prĂ©sente au moins deux Ă©lĂ©ments constitutifs.

D'abord, l'AdSP dĂ©tient cote, si toutefois pas de majoritĂ© omissis, du capital de l'omissis. Il peut se dire, par consĂ©quent, complĂ©tĂ© la qualitĂ© dont au nombre 2) de la susmentionnĂ©e disposition (« il ait une partecipation minoritaire dans le capital »).

En deuxième lieu l'omissis est sujet au pouvoir de rĂ©gulation de l'AdSP dont au n. 1) du mĂŞme article citĂ© : (« 1) dĂ©roule des fonctions de rĂ©gulation de l'activitĂ© principale qui comporte, mĂŞme Ă  travers le relâchement d'autorisations ou de concessions, l'exercise continuĂ© de pouvoirs de vigilance, de contrĂ´le ou de certification »).
En effet aux sens de l'art. 16, de la Co. 3, l. n. 84/1994 « l'exercise des activitĂ©s dont Ă  l'alinĂ©a 1, remplies pour le compte vraiment ou de tiers, est sujet Ă  autorisation de l'autoritĂ© portuaire ou, lĂ  oĂą pas instituĂ©es, de l'autoritĂ© maritime. Il dicte autorisation concerne la dĂ©roulement d'opĂ©rations portuaires dont Ă  l'alinĂ©a 1 prĂ©alable il vĂ©rifie de la possession de la part du demandeur des qualitĂ©s. […] Les entreprises autorisĂ©es je suis inscrit en appropriĂ©s registres distincts tenus de l'autoritĂ© portuaire ou, lĂ  oĂą pas instituĂ©e, de l'autoritĂ© maritime et sont sujets au paiement d'un loyer annuel et Ă  la prestation d'une caution dĂ©terminĂ©e des mĂŞmes autoritĂ©s ».
Ă€ cela il s'ajoute combien disposĂ© de l'art. 18, co.1, l. n. 84/1994 aux sens dont « l'AutoritĂ© portuaire et, oĂą pas instituĂ©e, ou bien avant son installation, l'organisation portuaire ou l'autoritĂ© maritime donnent en concession les aires domaniales et les quais compris dans le domaine portuaire aux entreprises dont Ă  l'article 16, alinĂ©a 3, pourl'accomplissementdesopĂ©rationsportuaires, faitesauvel'utilisationdesimmeublesde la partd'administrationspubliquespourladĂ©roulementdefonctionsrelativesĂ  desactivitĂ©smaritimesetportuaires. »
Par conséquent, en tant que le combiné disposé des articles cités, il émerge que l'omissis actionne sur la base de mesures des concessori et des autorizzatori émis de l'AdSP d'omissis et est, par conséquent, subordonné à sa vigilance au-delà d'entretenir avec l'Autorité compares dont conventionnels au n. 3 de l'art. 1, Co. 2 lett. d), du d.lgs n. 39/2013.

On ne pose pas donc de doutes en ordre à la qualification de l'omissis comme organisme de droit privé réglé ou financié de l'AdSP d'omissis aux sens et pour les effets dont à l'art. 1, Co. 2 lett. d), du d.lgs n. 39/2013.

  1. Nature juridique de la tâche en provenance : PrĂ©sident de l'omissis « je charge en organismes de droit privĂ© rĂ©glĂ©s ou financiĂ©s »
En ordre Ă  la subsistance, en cas de surtout, des qualitĂ©s relatives la charge en provenance faut, encore, vĂ©rifier la riconducibilitĂ  des susdite dans la notion de « tâches et charges en organismes de droit privĂ© dont rĂ©glĂ©s ou financiĂ©s » Ă  l'art. 1, Co. 2 lett. et), du d.lgs n. 39/2013. Pour des tels ils doivent s'entendre « les charges de prĂ©sident avec des dĂ©lĂ©gations gestionnaires directes, administrateur dĂ©lĂ©guĂ©, les positions de dirigeant, la dĂ©roulement stable d'activitĂ© de consultation en faveur de l'organisme ».
Donc, ce qui est dirimente est la question relative à l'éventuelle subsistance de pouvoirs gérants en chef al Presidente de la société omissis.

Or donc, l'omissis et RPCT de l'AdSP ont déduit qui, de l'analyse de la visura camerale, émerge que, à l'omissis, l'omissis, en qualité de Président de l'omissis., assumait exclusivement le rôle de représentant légal de la société, en étant les délégations gestionnaires attribuées à deux administrateurs délégués.
On est, donc, nié la possession de la part de l'omissis de pouvoirs gérants directs au moins jusqu'au printemps de l'omissis - instant où un des deux précédents administrateurs omissis et a été, donc, empêché à exercer les pouvoirs gérants dont il était attributario.

Il faut, donc, analyser les pouvoirs et les tâches du Président de l'omissis en tenant contextuellement compte de ce qu'établi dans le statut social et de ce qu'éventuellement résultant d'actes suivants.

D'abord, en tant que le combinĂ© disposĂ© de l'artt. omissis du statut social, Ă©merge que le PrĂ©sident du CdA de l'omissis « convoque le Conseil d'administration, en fixe l'ordre du jour, il coordonne les travaux et en pourvoit pour que vous adaptez des informations sur les matières inscrites Ă  l'ordre du jour soient fournies Ă  tous les conseillers » au-delĂ  de Ă  d'avoir aussi de la reprĂ©sentation de la sociĂ©tĂ© conjointement Ă  des Ă©ventuels administrateurs dĂ©lĂ©guĂ©s qui soient, de tourne dans tourne, nommĂ©s.
De la lecture des susmentionnés articles il apparaît que les susdits pouvoirs rentrent dans le domaine de ceux d'ordinaire représentation de la société, normalement attribués au Président, même sur la base des dispositions codicistiche.

Il faut, cependant, avoir en ce qui concerne combien établi d'une récente jurisprudence administrative (cfr. sentence du Conseil d'État, section V, n.126 11.01.2018 et plus de récemment n. 2325/2019) qui a affirmé que, même si le statut ne prévoie pas expressément l'attribution de délégations gestionnaires en chef al Presidente, là où au Conseil d'administration soient donnés pouvoir des gérants, même le premier, pour le seul fait d'être membre de telle assemblée, résulte des parimenti investi de tels pouvoirs.
Le Conseil d'État soutient que « pour le seul fait (…) qu'il est membre du comitĂ© de direction, au prĂ©sident sont assignĂ©es des fonctions de gestion », principe qui a Ă©tĂ© rĂ©cemment confirmĂ© mĂŞme du Tar Latium, Rome dans la sentence n. 4780/2019.

Donc en cas de surtout, en application de l'orientation susdite, on doit, de toute façon, retenir l'omissis titrer de compĂ©tences gestorie, dans dĂ©rivĂ©e par rapport au CdA qui en est directement l'attributario aux sens de l'art. omissis du statut de l'organisme sur la base dont « la gestion de l'entreprise revient exclusivement Ă  l'organe d'administration, qui accomplit les opĂ©rations nĂ©cessaires pour la rĂ©alisation de l'objet social, il arrĂŞte en restant la necessitĂ© de particulière autorisation dans les cas demandĂ©s de la loi ».

Sur le point mĂŞme les rĂ©centes dĂ©libĂ©rations Anac nn. 373 et 450 du 8 mai 2019 ont confirmĂ© la thèse du juge administratif dont en force ils peuvent ĂŞtre considĂ©rĂ© attribuĂ©es au prĂ©sident, outre les pouvoirs au mĂŞme spĂ©cifiquement confĂ©rĂ©s, mĂŞme toutes les fonctions reconnues Ă  l'organe collĂ©gial dont il fait partie (cfr. la plus grande dĂ©libĂ©ration n. 373 du 8 mai 2019 que report « Dans le domaine des organismes publics et organismes privĂ©s en contrĂ´le je me publie, la tâche de PrĂ©sident est sussumibile dans la dĂ©finition « de tâches d'administrateur d'organismes publics et d'organismes privĂ©s en contrĂ´le je publie dont », Ă  l'art. 1, Co. 2 lett. l), du d.lgs n. 39/2013 quand le mĂŞme soit douĂ© de dĂ©lĂ©gations gestionnaires directes. Sur le sujet, mĂŞme si le statut ne prĂ©voie pas expressĂ©ment l'attribution de dĂ©lĂ©gations gestionnaires en chef al Presidente, lĂ  oĂą au conseil d'administration soient donnĂ©s pouvoir des gĂ©rants, mĂŞme le PrĂ©sident, pour le seul fait d'ĂŞtre membre de telle assemblĂ©e, il rĂ©sulte des parimenti investi de tels pouvoirs »).

Telle conclusion n'est abjurée de la présence d'ou plus administrateurs délégués, en ne résultant pas dépourvue de qualité la censure formulée dans les controdeduzioni. L'omissis a déduit qui, en qualité de Président de l'omissis n'aurait pas eu de délégations gestionnaires directes (omissis) que, vice versa, étaient vous attribuez à deux administrateurs délégués dont (un ancre en charge) ; telle circonstance, dans l'optique du sujet intéressé, serait même apte à exclure l'applicabilità, au cas à l'étude, du principe exprimé de rappelée jurisprudence administrative tenu compte du fait qui, dans le fattispecie examinée du Conseil d'État, était absent la figure de l'administrateur délégué.
Telle reconstruction ne peut pas ĂŞtre accueillie pour les raisons exprimĂ©es dans la susmentionnĂ©e dĂ©libĂ©ration (n. 373/2019) lĂ  oĂą cette AutoritĂ© a Ă©clairci qu'au fin d'exclure que le PrĂ©sident d'un Conseil d'Administration soit titrer de dĂ©lĂ©gations gestionnaires directes n'est pas suffisant la pure prĂ©sence d'un administrateur dĂ©lĂ©guĂ© ou d'un directeur gĂ©nĂ©ral dont infĂ©rer que la gestion soit d'une exclusive compĂ©tence de ces derniers. Il est nĂ©cessaire, c'est-Ă -dire, que tel je repars de compĂ©tences rĂ©sulte dĂ©jĂ  du statut et cela dans les termes qui suivent « pour exclure que le PrĂ©sident soit titrer de dĂ©lĂ©gations gestionnaires directes il n'est pas suffisant que les pouvoirs gĂ©rants soient attribuĂ©s au directeur gĂ©nĂ©ral ou aux figures assimilĂ©es au moyen de dĂ©lĂ©gation ou procure, en Ă©tant tels actes, pour eux nature, temporaires, rĂ©vocables et attribuĂ©s intuitu personae ; seulement une appropriĂ©e prĂ©vision statutaire sur les pouvoirs du directeur gĂ©nĂ©ral ou des figures assimilĂ©es dĂ©termine une organisation de gouvernement social stable et continuĂ© ».
Au cas Ă  l'Ă©tude il est vraiment le statut social Ă  prĂ©voir expressĂ©ment un mĂ©canisme de revocabilitĂ  des fonctions et des relatifs pouvoirs attribuĂ©s Ă  l'administrateur dĂ©lĂ©guĂ©, qui, par consĂ©quent, est toujours subordonnĂ© Ă  la vigilance et Ă  la potestĂ  de dĂ©lĂ©guant, en tel cas le CdA et son PrĂ©sident. En effet l'art. omissis de rappelĂ© statut dispose que « le Conseil d'Administration peut dĂ©lĂ©guer ses attributions (…) Ă  un ou plus de son composante lĂ  compris le PrĂ©sident (…). Au Conseil il revient de toute façon le pouvoir de contrĂ´le et d'Ă©voquer Ă  lui les opĂ©rations rentrantes dans la dĂ©lĂ©gation, au-delĂ  de que le pouvoir de rĂ©voquer les dĂ©lĂ©gations ».
Donc, en cas de surtout, l'administrateur délégué résulte titrer des susdites fonctions gestorie en vertu d'exprimées procurations conférées du CdA et cela ne vaut pas à exclure la riconducibilità du rôle tourne de l'omissis dans la catégorie dont à l'art. 1, Co. 2 lett. et), du d.lgs n. 39/2013.

Très prĂ©cĂ©dent, le rĂ´le de PrĂ©sident de l'omissis rentre dans la dĂ©finition de « tâches et de charges en organismes de droit privĂ© dont rĂ©glĂ©s ou financiĂ©s » Ă  l'art. 1, Co. 2 lett. et), du d.lgs n. 39/2013.

Toutefois, il se met en Ă©vidence qu'ANAC a mieux perimetrato, dans le cours du temps, les tâches riconducibili au concept de « dĂ©lĂ©gations gestionnaires directes » en chef Ă  la figure du PrĂ©sident d'un organisme, en respect Ă  combien Ă  de statuito de la jurisprudence administrative intervenue sur le sujet. En effet la sentence du Conseil d'État n. 126 du 2018 a suggĂ©rĂ© Ă  ANAC une interprĂ©tation plus correcte du concept de « dĂ©lĂ©gations gestionnaires directes ».

Par conséquent, il faut remarquer que l'omissis a été nommé Président de l'omissis, donc dans donnée antécédent par rapport à l'orientation ermeneutico fourni du Conseil d'État n. 126/2018 et l'interprétation faite sa de l'Autorité en ordre à l'attribution au Président de tous pouvoirs de l'organe dont il fait partie.

  1. Nature juridique de l'organisme de destination ou bien de l'AdSP omissis : « organisme public Ă©conomique »
Il faut, maintenant, passer à l'analyse des qualités relatives l'organisme et la charge assumée en destination de l'omissis.

De la lecture de la discipline de référence il émerge que les Autorités de Système Portuaire sont des organismes publics pas économiques d'importance nationale.
En tel sens il dispose, en effet, l'art. 6 de L. n. 84/94 (se rend « RĂ©arrange de la lĂ©gislation en matière portuaire ») comme modifiĂ© du D.L n. 169/2016 (règles sur « RĂ©organisation, rationalisation et simplification de la discipline concernant les AutoritĂ©s portuaires dont Ă  la loi 28 janvier 1994, n. 84, en rĂ©alisation de l'article 8, alinĂ©a 1, lettre f), de la loi 7 aoĂ»t 2015, n. 124 ») aux sens dont « l'AutoritĂ© de système portuaire est organisme public pas Ă©conomique d'importance nationale Ă  système spĂ©cial et est douĂ©e d'autonomie administrative, d'organisation, rĂ©glementaire, de budget et financier ».

Cette AutoritĂ©, dans les dĂ©libĂ©rations nn. 179 et 180 du 01.03.2017 et 846 de 02.10.2018, a dĂ©jĂ  Ă©clairci que l'AdSP rentrent dans la dĂ©finition d'« organismes publics » dont Ă  l'art. 1, Co. 2, lett. b), du d.lgs n. 39/2013 aux sens dont ils doivent s'entendre pour tels « les organismes de droit je publie pas territoriaux nationaux, rĂ©gionaux ou locaux, de toute façon dĂ©nommĂ©s, instituĂ©s, veillĂ©s, financiĂ©s de l'administration publique qu'il confère la tâche, ou bien dont les administrateurs soient de celle-ci nommĂ©s ».

Très prĂ©cĂ©dent, elle est circonstance maintenant pacifique que les AutoritĂ©s de Système Portuaire rentrent dans le pĂ©rimètre subjectif d'application du d.lgs mentionnĂ© et, en particulier dans la dĂ©finition d'« organisme public » dont Ă  l'art. 1, Co. 2 lett. b), du d.lgs n. 39/2013.

  1. Nature juridique de la charge de destination ou bien de PrĂ©sident de la susdite AutoritĂ© : « administrateur d'organisme public »
L'omissis a été nommé Président de l'AdSP avec le D.M du Ministre des infrastructures et des transports omissis de l'omissis, après avoir recouvert la tâche de Commissaire Straordinario du même organisme.

Aux fins de l'intĂ©gration du fattispecie d'inconferibilitĂ  exposĂ©e il faut vĂ©rifier la riconducibilitĂ  de la tâche tourne de l'omissis dans la dĂ©finition d'administrateur d'organisme public dont Ă  l'art. 1, Co. 2 lett. l), du d.lgs n. 39/2013 aux sens dont elles sont telles « les tâches de PrĂ©sident avec des dĂ©lĂ©gations gestionnaires directes, administrateur dĂ©lĂ©guĂ© et assimilables, d'autre organe d'adresse des activitĂ©s de l'organisme, de toute façon dĂ©nommĂ©, dans les organismes publics et dans les organismes de droit privĂ© en contrĂ´le je publie ».

Il faut, par consĂ©quent, que le PrĂ©sident de l'organisme soit titrer de tâches des gĂ©rants tels Ă  lui attribuer les compĂ©tences d'administration directe demandĂ©es de la disposition en question. Sur le point elle est la mĂŞme rĂ©glementation de secteur (art. 8, Co. 2, l. n. 84/1994) Ă  dĂ©cliner les attributions du PrĂ©sident, en lui attribuant des compĂ©tences gestionnaires ; en particulier, en disposant que « au PrĂ©sident ils sont attribuĂ©s les pouvoirs d'ordinaire et extraordinaire administration. Au PrĂ©sident elle revient la gestion des ressources financières en rĂ©alisation du plan dont Ă  l'article 9, alinĂ©a 5, lettre b) ».

En outre, le mĂŞme article Ă©claircit expressĂ©ment que le PrĂ©sident est subordonnĂ© aux limites et aux preclusioni en matière d'inconferibilitĂ  et incompatibilitĂ©, en disposant testualmente que « le PrĂ©sident est sujet Ă  l'application de la discipline dictĂ©e en matière d'incompatibilitĂ©, de cumule d'emplois et de tâches dont Ă  l'article 53 du dĂ©cret lĂ©gislatif 30 Mars 2001, n. 165 et du dĂ©cret lĂ©gislatif 8 avril 2013, n. 39, ainsi que sur les limites retributivi dont Ă  l'article 23-ter du dĂ©cret-loi n. 201 du 2011, converti, avec des modifications, de la loi n. 214 du 2011 ».

il n'y a pas des doutes, donc, que la charge de Président de l'AdSP soit riconducibile à la définition dont à l'art. 1, de la Co. 2 lett. l), du d.lgs n. 39/2013.

Très précédent, en cas de surtout, ils sont des sussistenti tous les qualités demandées de la réglementation à l'étude pour compléter le fattispecie d'inconferibilità exposée.

Il ne peut pas, en effet, s'accueillir l'objection bougée de RPCT de l'AdSP et de l'omissis en ordre à la succession chronologique des susdites tâches. Les sujets mentionnés, en effet, ont retenu pas applicable le fattispecie d'inconferibilità rendue de l'art. 4, Co. 1 lett. b), du d.lgs n. 39/2013 en niant que la tâche de Président de l'AdSP ait été attribuée à l'omissis dans la période de deux ans suivante à l'attribution de la tâche de Président d'un organisme de droit privé réglé et financié, quel l'omissis.
Dans autres mots, en valorisant l'antĂ©cĂ©dente dĂ©roulement de la part du sujet en question de la tâche de Commissaire Straordinario de l'AdSP et en considĂ©rant l'un « unicum » sans solution de continuitĂ© avec la tâche de PrĂ©sident de la mĂŞme AutoritĂ©, ont retenu que la nomination Ă  prĂ©sident d'omissis. soit produite en constance de charge et pas, par contre, dans les deux ans antĂ©cĂ©dents la nomination.
Cette Autorité (cfr. ex plurimis du n. 684 de 17.07.2019) a retenu que le renouvellement d'un sujet dans la même charge (ou dans une assimilable à la première) ne soient pas insignifiants aux fins de l'application de la discipline en matière d'inconferibilità. En effet, la confirmation d'un sujet dans la déroulement de la tâche déjà recouverte, si toutefois sans des différences fonctionnelles parmi les rôles, détermine l'exercise renouvelé de pouvoir relatif à un acte juridique de la part de l'administration conférante
Cette AutoritĂ©, dans la dĂ©libĂ©ration n. 642 de 12.06.2017, il a appliquĂ© le principe suesposto mĂŞme dans l'hypothèse dans lequel au sujet il ait Ă©tĂ© confĂ©rĂ© la mĂŞme tâche de la direction dĂ©jĂ  revĂŞtue, en retenant que « les tâches confĂ©rĂ©es au Doc. (…), en instants divergĂ©s, quoique des riferibili au mĂŞme bureau, ne peuvent pas se retenir « un unicum » avec les prĂ©cĂ©dents ; les tâches dans j'argue sont de se qualifier comme des vĂ©ritables contrats stipulĂ©s ex novo (…). Cela puisque, le renouvellement de la tâche de la direction comporte renouvelĂ© exercise de l'autonomie relative Ă  un acte juridique (cfr. TAR Pouilles Lecce, sez II, n. 3239/2007 et TAR Sardaigne, Sez. I, n. 755/2014) ».
À majeure raison, la conclusion susdite oeuvre au cas, comme cela à l'étude, de attribution d'une tâche institutionnellement différente (Président) de celui déjà déroulé dans le même organisme (Commissaire Straordinario).
Cela, d'autre part, est conformement à la ratio inspiratrice de l'art. 4 du d.lgs n. 39/2013 qui consiste dans la volonté d'éviter que le sujet auquel il est conféré la tâche puisse plier l'intérêt je persécute de l'administration ou de l'organisme public qui cette tâche lui a conféré à des intérêts de l'organisme de droit privé dont il provient.
Or donc, la tâche de Commissaire Straordinario de l'AdSP a été déroulée à titre exclusif de la part de l'omissis contrairement à celui de Président du même organisme qui a été assumé successivement et en constance du rôle je tourne dans le domaine de l'omissis.
Le législateur, avec la disposition à l'étude, a entendu tipizzare, ex ante, des situations de potentiel conflit d'intérêts au fin d'en paralyser l'apparition. Bien à voir, en effet, dans l'fattispecie objet d'analyse elle se réalise celle-là typique situation d'interférence parmi des intérêts privatistici et qui se rapporte au journalisme qui déterminent un risque de lésion à l'impartialité administrative. Vraiment telle circonstance ou bien la necessité d'apprêter une tutelle plus incisive là où il y ait risque qui la satisfaction de l'intérêt privé soit placé avant à celui public, a poussé le législateur à introduire un régime de preclusioni plus lourd (artt. 4.5 et 9 du d.lgs n. 39/2013).

Sur le pouvoir de vérification de ANAC.

ANAC a un particulière pouvoir de contrôle et de vérification sur les hypothèses d'inconferibilità et incompatibilités disciplinées du d.lgs. 39/2013 et, en général, sur la correcte application de la susdite réglementation.

En particulier, comme dĂ©jĂ  mis en Ă©vidence en prĂ©misse, art. 16, alinĂ©a 1 du d.lgs. 39/2013 dĂ©termine dans ANAC l'AutoritĂ© compĂ©tente Ă  veiller « sur le respect, de la part des administrations publiques, des organismes publics et des organismes de droit privĂ© en contrĂ´le je publie, des dispositions dont au prĂ©sent dĂ©cret, mĂŞme avec l'exercise de pouvoirs d'inspection et de vĂ©rification d'individuelles fattispecie d'attribution des tâches ».
Récemment le susdit pouvoir a été objet d'une sentence du Conseil d'État, qui en a exclu la nature purement ricognitiva, en affirmant le caractère constitutif -constitutif-provvedimentale.
Plus précisément, le pouvoir de vérification attribuée à ANAC de l'art. 16, la Co. 1, d.lgs. 39/2013 sostanzia dans une mesure de vérification constitutive d'effets juridiques et comme telle impugnabile devant le juge administratif, pouvoir dans lequel est compris le pouvoir de déclarer l'éventuelle nullité de la tâche. (cfr. Cons. Été n. 126/2018, sur déjà citée).

Tout ce précisé et considéré,

DÉLIBÉRATION
  • l'inconferibilitĂ , aux sens de l'art. 4, Co. 1 lett. b), du d.lgs n. 39/2013, de la tâche de PrĂ©sident de l'AdSP de l'omissis et de la consĂ©quente nullitĂ© de l'acte d'attribution de la tâche et du relatif contrat, aux sens de l'art. 17 du d.lgs n. 39/2013 ;
  • de remettre Ă  RPCT l'Ă©valuation, en sĂ©ance de procĂ©dure sanzionatorio, de l'Ă©lĂ©ment subjectif de la faute en chef Ă  l'organe confĂ©rant prĂ©vu de l'art. 18 d.lgs. 39/2013, tenu compte d'intervenue modification des orientations de l'AutoritĂ© en matière de dĂ©lĂ©gations gestionnaires directes ;
  • Ă  je hĂ©site de la vĂ©rification accomplie de l'AutoritĂ©, RPCT de l'AdSP doit communiquer au sujet auquel a Ă©tĂ© confĂ©rĂ© la tâche la cause d'inconferibilitĂ  - comme vĂ©rifiĂ©e de ANAC - et Ă  la consĂ©quente nullitĂ© de l'acte d'attribution de la tâche et du relatif contrat et adopter les mesures consĂ©quentes ;
RPCT de l'AdSP de l'omissis est tenu à communiquer à ANAC les mesures adoptées en exécution de ce que sur.




Le Président f.f.
Francesco Merloni

Déposé prés du Secrétariat du Conseil dans donnée 16 Mars 2020

Le Secrétaire, Valentina Angelucci
›››Archives
DÈS LA PREMIÈRE PAGE
In Germania è attesa una ripresa della crescita del trasporto marittimo e ferroviario solo nel 2024
Colonia
Nel 2023 è prevista una stagnazione dell'attività
UNIPORT sottopone alla politica le questioni ritenute essenziali per lo sviluppo della portualità
Roma
Tra i temi evidenziati, quelli del lavoro portuale e delle concessioni
AGCM, il processo di selezione dei concessionari portuali non dovrebbe prendere le mosse esclusivamente dall'istanza del soggetto interessato
Roma
Illustrate le considerazioni in base alle quali è stata respinta la richiesta di Caronte & Tourist di realizzare un sistema di approdo per la rotta Reggio Calabria-Messina
A Venezia le navi da crociera di lusso di piccola dimensione approderanno al terminal di Fusina
Venezia
Accordo tra Venice Ro-Port Mos e Venezia Terminal Passeggeri
Trecentomila euro di multa a Chantier Naval de Marseille (San Giorgio del Porto) per violazioni ambientali
Marsiglia
Denuncia presentata da due associazioni ambientaliste
Attivato il nuovo corridoio ferroviario merci fra Turchia e Uzbekistan
Tashkent
Attraversa i territori di Iran e Turkmenistan
La società ferroviaria merci austriaca RCG istituisce una propria filiale in Cina
Vienna
L'azienda gestisce circa 600 treni all'anno lungo la Nuova Via della Seta
ESPO, l'applicazione dell'EU ETS al trasporto marittimo deve essere monitorata da subito
Bruxelles
Ryckbost: il dirottamento di navi verso porti extra-UE e il trasferimento modale verso la strada devono essere visti come fallimenti
Il governo di Podgorica punterebbe ad una fusione tra Luka Bar e Port of Adria
Podgorica
La società che gestisce il porto di Bar ha evidenziato più volte la necessità di riappropriarsi delle aree gestite dal gruppo turco GPH
Approvato il progetto di costruzione del nuovo container terminal di TIL/MSC nel porto di Valencia
Valencia
L'investimento complessivo darà di quasi 1,6 miliardi di euro
CER, ERFA, UIP, UNIFE e UIRR esortano l'UE a porre le condizioni per la crescita del trasporto ferroviario delle merci
Bruxelles
Invito ai ministri dei Trasporti dell'Unione Europea a far proprie le ambizioni espresse dalla Commissione
Porto di Gioia Tauro, riduzione delle tasse d'ancoraggio per promuovere i traffici
Gioia Tauro
Destinata a tale scopo la somma di un milione di euro
Il primo gennaio Hapag-Lloyd applicherà una riduzione del surcharge Marine Fuel Recovery
Amburgo
La diminuzione, dopo tre trimestri di aumenti, sarà generalizzata
Federagenti rileva l'urgenza di proteggere i porti dai fenomeni climatici avversi
Roma
Annunciato un appello circostanziato ai ministeri competenti, primo fra tutti quello del Mare
Anche i risultati della tailandese RCL mostrano il rallentamento del mercato dello shipping containerizzato
Bangkok
Nel periodo luglio-settembre i ricavi sono aumentati del +53%
L'Agenzia per il Lavoro Portuale della Sardegna continuerà ad operare per altri tre anni
Cagliari
L'AdSP della Sardegna afferma che quello del lavoro portuale è un settore che gode di ottima salute
MSC attiverà un nuovo servizio di linea diretto tra India e Mediterraneo occidentale
Ginevra
In Italia scalerà i porti di Genova, Salerno e Gioia Tauro
Alessandra Orsero è stata eletta presidente di Confetra Liguria
Genova
È vice presidente di Isomar e di Spediporto
Accademia Italiana della Marina Mercantile e Fincantieri avviano percorsi di formazione continua
Genova
Un programma è stato studiato specificamente per il personale tecnico del polo di Sestri Ponente
Progetto di Fedespedi e Accudire per sperimentare la digitalizzazione della CMR
Milano
Calamandrei: auspichiamo che il parlamento ratifichi, nel minor tempo possibile, il protocollo alla Convenzione CMR
Accordo tra Assologistica e Assiterminal per iniziative volte allo sviluppo del settore logistico
Milano
È incentrato su ntermodalità, modernizzazione dei contratti, digitalizzazione, formazione e sostenibilità
Cepsa investirà tre miliardi di euro per la produzione di idrogeno verde in Andalusia
Madrid
Verrà utilizzato anche per la decarbonizzazione dello shipping attraverso i porti di Algeciras e Huelva
Sbarcato a Savona un carico di grano proveniente dall'Ucraina
Savona
È il primo a giungere in Liguria dall'inizio del conflitto
I porti turchi chiuderanno il 2022 con un'ulteriore crescita del traffico delle merci
Ankara
Atteso un totale di 545 milioni di tonnellate rispetto ai 526 milioni dello scorso anno
Gara per la vendita della terza nave da crociera ordinata da Swan Hellenic a Helsinki Shipyard
Helsinki
È lunga 125,0 metri e larga 24,3 metri
Partnership della giapponese NYK e dell'indonesiana PIS incentrata sul trasporto marittimo di GNL
Tokyo
L'intesa include altri segmenti d'attività, tra cui le rinfuse petrolifere e le FSRU
Federlogistica, giù le mani del Ministero dei Beni culturali dalla blue economy
Roma
Merlo: non possono non generare grande preoccupazione le recenti dichiarazioni del sottosegretario Sgarbi
Aumento dei costi e concomitante riduzione dei traffici pongono sotto pressione i terminalisti portuali italiani
LES DÉPARTS
Visual Sailing List
Départ
Destination:
- liste alphabétique
- liste des nations
- zones géographiques
Dal porto di Rijeka è partito il primo servizio ferroviario regolare per il mercato austriaco
Rijeka
Avvio del treno blocco dall'Adriatic Gate Container Terminal
Nel terzo trimestre l'indice del fatturato dei servizi di trasporto e magazzinaggio ha registrato una crescita congiunturale del +3,9%
Roma
La variazione tendenziale è del +19,9%
Il Propeller Club di Salerno ha sviscerato le problematiche e le opportunità offerte dal cold ironing
Salerno
Il PNRR destina 700 milioni a 34 porti per l'elettrificazione delle banchine
Lloyd's Register ha ottenuto l'autorizzazione ad ispezionare il naviglio italiano adibito a viaggi nazionali
Londra
Il gruppo britannico potrà agire in qualità di ente tecnico ed organismo tecnico riconosciuto
Il BIMCO prevede che il trend di indebolimento del mercato dello shipping containerizzato si protrarrà nel 2023 e nel 2024
Bagsværd
I carrier, pur di riempire le navi, potrebbero innescare una spirale di discesa dei noli
Hupac incrementerà la frequenza del servizio intermodale Rotterdam-Pordenone
Chiasso
Salirà da tre a cinque rotazioni a settimana
Assarmatori, le tempistiche di applicazione dell'ETS per il trasporto marittimo, in particolare per le Autostrade del Mare, e per il trasporto stradale devono essere allineate
Roma
Messina: è necessario prevenire pericolosi, e potenzialmente irreversibili, fenomeni di trasferimento modale
MSC ha preso in consegna il proprio primo aereo cargo
Ginevra
Verrà impiegato tra Cina. USA, Messico ed Europa
La russa Uralchem sta realizzando un terminal portuale a Taman, in Crimea, per l'esportazione di ammoniaca
Mosca
Dovrebbe diventare operativo entro la fine del 2023
PORTS
Ports Italiens:
Ancône Gênes Ravenne
Augusta Gioia Tauro Salerne
Bari La Spezia Savone
Brindisi Livourne Taranto
Cagliari Naples Trapani
Carrara Palerme Trieste
Civitavecchia Piombino Venise
Interports Italiens: liste Ports du Monde: Carte
BANQUE DES DONNÉES
Armateurs Réparateurs et Constructeurs de Navires
Transitaires Fournisseurs de Navires
Agences Maritimes Transporteurs routiers
MEETINGS
Genova, workshop “Nuove energie ai porti”
Genova
Si terrà venerdì a Palazzo San Giorgio
Interporto di Nola, convegno su ZES e logistica
Nola
Si terrà il 3 novembre
››› Archives
REVUE DE LA PRESSE
S. Korean shipyards rank 2nd in new global orders in Nov.
(YONHAP News Agency)
Exclusive: India to offer incentives to boost shipbuilding industry - sources
(Reuters)
››› Index Revue de la Presse
FORUM des opérateurs maritimes
et de la logistique
Relazione del presidente Daniele Rossi
Napoli, 30 settembre 2020
››› Archives
- Via Raffaele Paolucci 17r/19r - 16129 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail
Numéro de TVA: 03532950106
Presse engistrement: 33/96 Tribunal de Gênes
Direction: Bruno Bellio
Tous droits de reproduction, même partielle, sont réservés pour tous les pays
Cherche sur inforMARE Présentation
Feed RSS Places publicitaires

inforMARE en Pdf
Mobile