testata inforMARE

17 mai 2022 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 03:30 GMT+2



20 Avril 2022

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Le Bimco clarifie ce que la stratégie de décarbonisation du transport maritime

L’association des armateurs insiste sur la question la répartition des responsabilités et l’importance adoption mondiale d’une mesure fondée sur le marché

« S’attaquer aux obstacles à la transition pourrait constituent la question la plus importante qui l’industrie du transport maritime doit faire face à son chemin vers la la décarbonisation ». Cela a été souligné par l’association L’armateur international Bimco présente aujourd’hui son propre nouveau mise à jour de la position sur la question de la réduction des émissions de gaz à effet de serre des navires. Dans le document, l’association confirme qu’elle soutient le stratégie initiale de l’Organisation maritime internationale (OMI) visant à zéro émission de carbone provenant du transport maritime par 2050, précisant toutefois que, de l’avis de Bimco, est une plus grande ambition est nécessaire. En particulier, selon l’association, pour réussir la stratégie de décarbonisation du transport maritime devrait être mis en œuvre par le biais de nouvelles solutions commerciales et avec des responsabilités partagées entre affréteurs de navires et d’armateurs, ainsi que de ceux-ci seront nécessaires la collaboration et la prise en charge de la responsabilité de l' les parties intéressées, c’est-à-dire les armateurs, les chargeurs, les affréteurs, les fournisseurs d’énergie, les chantiers navals et les fabricants de moteurs.

Pour Bimco, la question est particulièrement pertinente l’attribution de la responsabilité de l’établissement de l' le prix du carbone et l’association estime que de la part qui est responsable de déterminer le la vitesse du navire et sa trajectoire devraient également entrent dans le champ d’application d’une mesure basé sur le marché: « nous croyons - clarifié le secrétaire général et PDG de Bimco, David Loosley - que dans le cas d’un temps de location cette responsabilité devrait incomber à la locataire, alors que pour une location par voyage devrait tomber de la part qui engage le navire à cette charte ».

Bimco a également souligné l’importance de la mise en œuvre niveau mondial d’une mesure fondée sur le marché, une mesure qui devrait avoir une prévisibilité et une stabilité pour en ce qui concerne le prix du carbone et donc être adapté pour être inclus dans les contrats commerciaux.

L’association des armateurs a également mis en garde de l’application de mesures rétroactives : Loosley a souligné que « mesures techniques rétroactives excessives lorsqu’elles sont appliquées aux navires actuellement en activité, pourrait entraîner un retrait prématuré de navires. Ceci - a-t-il précisé - pourrait avoir lieu dans le forme d’une suppression injustifiée de la capacité nécessaire au sein des chaînes d’approvisionnement mondiales et déterminer davantage les émissions inutiles provenant de la construction de nouveaux navires ».






Index Première Page Nouvelles

- Via Raffaele Paolucci 17r/19r - 16129 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail