ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

20 septembre 2021 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 05:16 GMT+2



19 Juillet 2021

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Confitarma souligne la nécessité de protéger les ITS du secteur maritime, en leur garantissant une pleine autonomie

Appréciation du projet de loi à l’étude à la Chambre

La Confédération italienne des armateurs (Confitarma) a exprimé la nécessité de protéger les instituts techniques supérieurs du secteur maritime en tant qu’excellence du système de formation et organismes qui, depuis leur création, ont formé plus de deux mille élèves, avec un taux d’emploi proche de 100%. L’association armatorial a souligné qu’il était possible d’obtenir ces résultats importants grâce à des parcours de formation visant à répondre aux besoins spécifiques du secteur, qui ont permis au personnel maritime d’atteindre un niveau élevé de professionnalisation.

A cet égard, Confitarma, rappelant qu’il a toujours été favorable à une réforme visant à renforcer les STI, a a exprimé son appréciation du contenu de la proposition de loi « Redéfinition de la mission et de l’organisation du Système d’enseignement et de formation techniques supérieurs en cours de mise en œuvre du Plan national de relance et de résilience (PNRR) » qui unifie dans un texte unique six projets de loi d’initiative parlementaire. En particulier, la Confédération italienne des armateurs a se félicite de l’introduction récente d’amendements au texte original de la mesure, soutenu également par Confindustria, « parce que , a expliqué Confitarma - avec ils éconoquent le lien étroit des STI avec les entreprises du secteur de référence tout en renforçant le rôle des entreprises dans les fondations ITS elles-mêmes. Il vient aussi, rééquilibré la relation avec les universités, laissant autonomie aux STI et en valorisant leur activité aux fins de l’accréditation auprès des régions et de l’obtention des fonds publics ».

A cet égard, Confitarma a rappelé qu’il avait toujours soutenu « la nécessité d’attribuer aux STI une identité spécifique, car la flexibilité dont font preuve ces institutions pour répondre aux besoins spécifiques du marché du travail est un argument de vente qui ne peut être subordonné à d’autres systèmes et processus de formation et pédagogiques. Cela - a noté la Confédération - est d’autant plus nécessaire pour l’industrie maritime, où la formation pour travailler à bord des navires revêt un caractère obligatoire, est régie par des réglementations nationales et internationales et, après un parcours de trois ans dans les STI, se termine avec un examen unifié pour l’obtention du diplôme technique Supérieur du certificat de compétence d’officier de couverture o de Machine ».

Par Confitarma, en outre, au cours du débat parlementaire, il conviendrait également d’introduire des mesures visant à dissocier les STI du système de financement sur la base d’appels annuelles, afin de permettre une programmation adéquate des cours assurant la certitude de la continuité de la formation. Confitarma a exprimé le souhait que, par conséquent, le processus parlementaire du mesure actuellement en discussion à la Chambre des députés, qui devra ensuite passer au Sénat, « peut enfin donner aux STI cette réforme organique nécessaire pour fournir aux jeunes les compétences réellement requises par le marché du travail et de ne pas gaspiller l’occasion que le gouvernement Draghi a mis à disposition dans le PNRR, qui prévoit des ressources pour 1,5 milliard sur cinq ans. Dans ce contexte - a souligné la Confédération - la formation répondant aux besoins des entreprises peut produire des effets très positifs sur l’emploi des marins italiens et donc offrir des opportunités de carrière maritime aux nouvelles générations ».




Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail