testata inforMARE

28 juin 2022 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 15:23 GMT+2



23 Mai 2022

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Les entreprises chinoises impliquées dans Arctic LNG 2 pourraient se retirer du projet d’extraction de gaz russe

Novatek confirme les difficultés considérables causées par le Sanctions

Les entreprises chinoises impliquées dans le projet Arctic LNG 2 de la société russe Novatek pour la construction d’une usine pour l’extraction de gaz naturel et d’installations connexes dans l' La péninsule de Gydan, en Russie, pourrait renoncer à poursuivre la participation propre au projet en raison des sanctions imposées à la Russie de l’Ouest pour l’invasion du territoire ukrainien par une partie des troupes de Moscou. Il l’a fait savoir vendredi le Journal de Hong Kong « South China Morning Post » expliquant qu’au moins cinq entreprises chinoises pourraient cesser leurs activités d’ici la fin de ce mois, la production de modules pour le projet.

Le journal a précisé que les modules sont construits par Des entreprises chinoises telles que Bomesc Offshore Engineering Co. COSCO Shipping Heavy Industry Co., la Penglai Jutal Offshore Engineering Heavy Industries Co. (PJOE), Wison Offshore & Marine et Qingdao McDermott Wuchan (QMW), cette dernière étant une coentreprise aventure entre l’État américain McDermott et l’État chinois Shipbuilding Corporation (CSSC). Le « South China Morning Post » , citant une source de Bomesc, a précisé qu’une décision de se retirer du projet n’a pas encore été embauché et Bomasc continue de rester en contact étroit avec les parties concernées étant donné que la situation change de jour en jour.

Du projet, qui est le deuxième plus grand des Novatek après l’usine yamal LNG, le Les entreprises européennes, à commencer par le Français TotalEnergies qui par l’intermédiaire de la société mère Total détient 10% du capital de Arctic LNG 2 développe le projet, consortium qui est ont également participé Novatek (60 %), la CNPC chinoise (10 %) et le CNOOC (10 %) et Japan Arctic LNG (10 %), une coentreprise entre le Japonais Mitsui et Jogmec. Le coût de réalisation du projet est estimé à 21 milliards de dollars.

Pendant ce temps, le président du conseil d’administration de Novatek, Leonid Mikhelson, a confirmé que, si la première ligne des trois lignes de la , chacun d’une capacité d’environ 6,6 millions de gaz naturel liquéfié par an, il est presque complètement construit, actuellement des difficultés très importantes sont apparues en raison de l’introduction de sanctions. Cela a été rapporté hier le Le journal russe « Kommersant » fait connaître déclarations de Mikhelson à l’occasion de son discours par Jeudi au marathon fédéral de l’éducation « Nouveau Horizons », organisé à Moscou, organisé par la société Connaissance russe. Mikhelson a expliqué que de telles difficultés causées par les sanctions n’affectent pas seulement les produits et services, mais ils sont aussi logistiques.






Index Première Page Nouvelles

- Via Raffaele Paolucci 17r/19r - 16129 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail