testata inforMARE

25 septembre 2022 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 13:06 GMT+2



21 Septembre 2022

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
L’industrie européenne de la technologie et de la construction demande l’inclusion dans le SEQE de l’UE de tous les navires d’au moins 400 TJB

L’inclusion de navires plus petits - il est souligné - apportera des avantages à la fois à la santé humaine et à l’industrie Expédition européenne

L’exhortation est signée principalement par Transport & Environnement (T&E), l’organisation non gouvernementale européenne qui s’efforce de réduire l’impact environnemental du secteur des transports, et vise à inciter l’Union européenne à inclure un une plus grande part de l’industrie du transport maritime dans le système de l' Échange de quotas d’émission (SEQE) de l’UE en abaissant le seuil minimum au-delà duquel les navires devront s’y soumettre, en proposant de le faire passer du tonnage brut actuel de 5 000 tonnes brutes prévues à 400 tonneaux de jauge brute.

Que l’invitation adressée au Parlement et au Conseil, Les colégislateurs de l’UE, issus de T&E n’est pas surprenant, étant donné que l’association soutient depuis longtemps cette extension du quota des flottes devant faire l’objet de mesures législatives spécifiques. Une demande qui, cependant, a également été signée par de nombreuses entreprises de l’industrie maritime, en particulier de celles qui s’occupent des technologies d’expédition, ainsi que de SEA Europe, l’association représentant l’industrie European navalmeccanica qui, dans un récent document de position, l’avait la même chose a souligné la nécessité d’élargir le champ d’application de l’UE ETS aux navires d’au moins 400 TJB.

L’exhortation, avec les abonnés qui se définissent eux-mêmes « représentants progressistes du secteur maritime », est adressée à la Commission européenne, au Parlement européen et au Conseil de l’UE et demande aux colégislateurs européens - expliquer les signataires - « supprimer les lacunes dans leurs propositions d’expédition » impliquant des navires de moins de 5 000 tonnes navires bruts et offshore et navires de service exposés à des risques de compromettre la décarbonisation du transport maritime ». « Dans particulier - clarifier les signataires - nous demandons que le seuil de jauge brute pour le règlement de contrôle MVR, communication et vérification, pour la directive SEQE relative à l’échange de les quotas d’émission et pour le règlement FuelEU Maritime viennent réduit à 400 tonneaux de jauge brute et que les navires en mer et sont inclus dans ces règles ».

Dans la lettre aux institutions de l’Union européenne, T&E, SEA L’Europe et les autres signataires leur expliquent pourquoi, attention, la plupart des expéditions doivent être soumises à ces , en commençant par mettre l’accent sur le fait que les technologies vertes pour le le secteur du transport maritime est maintenant prêt et que les entreprises et les institutions financières qui investissent dans l' l’expédition a besoin de prévisibilité pour réaliser leur investissements à long terme.

En outre, selon les signataires, il est nécessaire de procéder à assurer des règles du jeu équitables en mettant fin à l' subventionnement des combustibles fossiles. « Navires écologiques - ils expliquent - ils se battront pour être compétitifs commercialement jusqu’à ce que les coûts externes de la combustion de combustibles fossiles seront internalisés. Dans ce contexte - notent-ils - les exemptions pour les petits navires, les traversiers et les navires s’avèrent être en fait une subvention pour le les combustibles fossiles et continuer à polluer. Entretien des subventions pour les navires à combustibles fossiles fausseront concurrence et pourrait même encourager navigation pour investir dans des navires à combustibles fossiles pour se soustraire à la législation ou modifier leur navire, et le reclasser en dessous de 5 000 TJB.

Se référant ensuite aux critiques pour l’alourdissement des charges administrativement déterminé par ces règles, les signataires de l’exhortation qu’ils observent que « toutes les entreprises de navigation vérifient déjà leur consommation de carburant pour raisons commerciales et cela signifie que la communication de l' Les émissions entraîneront une charge administrative négligeable. En outre, rappellent-ils, le Parlement a répondu aux préoccupations. sur les charges administratives figurant dans la proposition visant à réduire l' les exigences en matière de contrôle, relatives à la consommation de carburant et type de carburant, pour les navires d’une jauge brute inférieure à 5 000 tonnes ».

Dans le document, les signataires soulignent également que l’exonération navires plus petits selon les normes d’émission, les unités qui produisent 25,8 millions de tonnes de CO2, c’est-à-dire exempter les navires qui naviguent habituellement plus près de la côte. « Le ce qui signifie - remarquent-ils - que la décarbonisation de ces navires apportera de plus grands avantages à la santé humaine que autres navires ».

Enfin, notant que les entreprises européennes construisent principalement des navires plus petits en dessous et au-dessus 5 000 TJB, alors que généralement les plus gros navires viennent construit en Asie de l’Est et que l’Europe est également un leader dans termes de technologies vertes telles que les batteries, l’hydrogène et les technologies wind-assist, soulignent les signataires que « la réglementation de navires plus petits stimuleraient donc la croissance de Secteur européen du transport maritime écologique, notamment pour Les chantiers navals européens et leur secteur d’équipement Maritime. En outre, compte tenu de la demande massive et croissante de navires offshore pour soutenir la croissance de l’éolien offshore, le La réglementation de ces navires peut accélérer la production Vert européen de ces navires. L’inclusion de tous ces types de navires dans le SEQE conduirait à un cercle vertueux dans lequel l’UE réinvestit les revenus dans le secteur maritime européen vert ».

Outre Transport & Environment et SEA Europe, le a été signée par ABB, Advanced Wing Systems, Amon Maritime, Amon Offshore, ARENA Ocean Hyway Cluster, Azane Fuel Solutions, Ballard Power Systems, Cape Horn Engineering, Dealfeng Nouvelle technologie énergétique, Drift Energy, EcoClipper, Finocean, Future Expédition d’épreuves, Hexagon Purus, Hyseas Energy, Inkster Marine, Liquiline, Navtek, Neoline Développement, North Ammonia, Norwegian Hydrogen, Sailcargo, Samskip, Shift Clean Energy et Stadt Sjøtrans.







Index Première Page Nouvelles

- Via Raffaele Paolucci 17r/19r - 16129 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail