ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

17 septembre 2021 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 15:35 GMT+2



1 Juillet 2021

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
La crise du changement d’équipage des navires? IL EST loin d’être terminée, elle va de mal en pis

Le problème de se ressaisit avec la résurgence de la pandémie

Des signaux inquiétants viennent de plusieurs nations du monde une recrudescence de la pandémie de Covid-19 avec ses différentes variantes, y compris le Delta, l’un des plus récents et préoccupantes, crise sanitaire qui a eu un impact très grave sur la possibilité d’effectuer les changements d’équipage des navires. Si, ces derniers mois, il complice de l’assouplissement des mesures adoptées globalement pour contenir la contagion, ce problème du transport maritime et de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement mondiale s’était atténué tout en restant dramatique, on enregistre maintenant un se remettre de la difficulté de rotation des équipages.

« La situation va de mal en pis. » Il l’a confirmé Stephen Cotton, secrétaire général de l’International Fédération des travailleurs des transports (ITF), commentant la dernière relevé, relatif au courant mois de juillet, du Neptune Indicateur de changement d’équipage de déclaration, l’indicateur pour fournir des données mises à jour sur le problème du changement d’équipage des navires qui est été défini par les sociétés de gestion de navires qui se joignent à la Déclaration Neptune sur le bien-être et l’équipage des marin Change, initiative visant à sauvegarder le bien-être des maritimes qui est gravement compromise par les effets de la crise pandémique.

L’indicateur montre que le nombre de marins qui sont forcés de rester à bord de leurs navires même si leur contrat a expiré a continué à augmenter en passant par le 5,8 % des marins embarqués détectés en mai dernier lorsque l’indicateur a été lancé, à 7,2 % en juin pour atteindre 8,8 % du mois en cours, pour une augmentation relative du +51,7%.

En outre, rappelant que la Convention maritime du travail établit que la période de travail maximale continue qu’un marin devrait passer à bord d’un navire sans profiter de vacances est de 11 mois, les représentants de la Déclaration Neptune ont a souligné que le pourcentage de marins qui sont contraints de rester à bord des navires pendant une période supérieure à 11 mois est est passé de 0,4 % le mois dernier à 1,0 % en juillet, avec un augmentation relative de +150%.

« La crise du changement d’équipages », a souligné Cotton - est en place depuis plus d’un an et demi et le coût plus élevé incombe aux gens de mer et au bien-être des leurs familles. La situation allait de mal en pis, Nous avons besoin que les gouvernements fassent plus que simples déclarations d’intention. Nous avons besoin d’actions concrètes permettant de mettre en œuvre les changements d’équipage en toute sécurité. »

Le secrétaire général de la Chambre internationale du transport maritime (ICS), Guy Platten, a réaffirmé que « pour résoudre la crise du changement d’équipage, il est nécessaire que tous les marins avoir un accès prioritaire aux vaccins. Il y en avait - il a précisé - certains progrès que nous saluons, tels que les États-Unis et dans certaines parties de l’Europe, mais la grande majorité des marins ne peut pas encore être vaccinée. Il est urgent que les les nations ont la priorité à la vaccination des gens de mer internationales ».

« Les dernières données - a dénoncé le responsable de la Recherche du Forum maritime mondial, Kasper Søgaard - montrent que la crise du changement d’équipage est loin d’être fini. Il est essentiel que toutes les parties prenantes travaillent ensemble pour faire face à notre responsabilité commune de protéger les gens de mer et nous assurer qu’ils peuvent rentrer chez eux en toute sécurité ».


PSA Genova Pra



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail