testata inforMARE

27 juin 2022 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 10:19 GMT+2



24 Mai 2022

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
ESPO et Interferry présentent une proposition conjointe pour la réduction des émissions de navires dans les ports focaux sur les systèmes OPS

Les deux associations soulignent la nécessité de les installer initialement dans les ports avec les ferries les plus intenses, mesurés par un nombre minimum d'aéroports pour les terminaux portuaires au lieu de port-port, plutôt que port-port.

L'association des ports européens et l'association représentant les armateurs qui exploitent des flottes de ferry ont convenu d'un programme de travail commun visant à promouvoir le développement écodurable des deux Installation et utilisation dans les ports des systèmes de bloc d'alimentation à terre (OPS) pour l'approvisionnement en énergie du réseau électrique au sol jusqu'aux navires dans les ports, de façon à ce qu'ils puissent éteindre les moteurs de bord et ainsi réduire les émissions.

Le programme approuvé par l'Organisation européenne des ports de mer (ESPO) et Interferry est axé sur sept lignes directrices. La première demande que les transbordeurs soient reconnus comme un mode durable de transport de passagers entre les villes et les régions européennes, ce que l'ESPO et l'Interferry ont dit devrait être mieux mis en évidence dans la politique des transports. L'Europe et, en particulier, dans l'initiative "Faro 3" ("rendre plus durable et plus saine la mobilité interurbaine et urbaine") de la communication de la Commission européenne intitulée "Stratégie pour une mobilité durable et intelligente" du 9 décembre 2020.

Le deuxième point du programme est que les ports qui sont mis à l'échelle par les ferries sont donnés dans les plus brefs délais des systèmes OPS et que les compagnies de ferry s'engagent à toujours utiliser ces systèmes là où ils sont disponibles. Utilisation de l'énergie électrique du réseau terrestre par des navires qui ne seront pas non seulement destinés à la consommation d'énergie à bord des navires au cours de l'amarrage au port, mais aussi à la recharge des batteries utilisées pour le système de propulsion du navire Avec l'augmentation de la demande d'énergie au sol qui impliquera une mise à l'échelle du réseau.

Le document adopté par l'ESPO et l'Interferry souligne donc la nécessité d'une optimisation de la diffusion et de l'utilisation des systèmes OPS pour le secteur des traversiers, avec des investissements qui devraient initialement être mis en œuvre lorsque l'installation de Le système OPS permettra une maximisation de la réduction des émissions. Par conséquent, pour les deux associations, l'installation de systèmes OPS dans des terminaux à traversier qui enregistrait une fréquence élevée d'opérations navales par rapport aux terminaux où cette activité n'est que occasionnelle est classée par ordre de priorité. A cette fin, selon ESPO et Interferry, les propositions de règlement européen AFIR (Alternative Fuels Infrastructure Regulation) sur les infrastructures alternatives de carburants qui font référence à un nombre minimum spécifique d'étagères par port, Doit être modifié en fournissant à la place un nombre minimum de scallots par terminal de port.

En outre, l'ESPO et l'Interferry estiment que les dérogations aux exigences du SPO au titre des propositions européennes FuelEU Maritime et AFIR devraient être harmonisées pour assurer la diffusion et l'utilisation efficaces de l'OPS, en tenant compte également de la demande Par les ports et l'industrie des ferries d'un cadre cohérent et prévisible qui offre une sécurité juridique aux parties concernées.

Le cinquième point du programme, en raison des investissements substantiels indispensables pour rendre le secteur maritime plus écologique, souligne la nécessité de disposer de ressources économiques à partir d'un système d'échange de quotas d'émission de l'UE L'application au secteur maritime ou à toute mesure analogue fondée sur le marché est destinée au financement du déploiement de systèmes OPS par le biais d'un fonds dédié au bénéfice des ports et du secteur maritime.

ESPO et Interferry sont également d'avis qu'il est nécessaire d'encourager et de promouvoir le développement de nouveaux carburants et de nouvelles technologies qui sont utiles pour rendre l'industrie maritime plus respectueuse de l'environnement ainsi que l'élaboration concomitante de normes d'exploitation spécifiques et La sécurité. Selon les deux associations, le cadre financier et réglementaire devrait être indépendant des aspects technologiques afin de s'assurer que toutes les options viables sont prises en considération.

Enfin, pour l'ESPO et l'Interferry, lors de la révision de la directive européenne DTE sur la taxation de l'énergie, une exonération fiscale totale et permanente pour l'électricité fournie aux navires à quai dans les ports devrait être introduite au niveau de l'UE à la fin de l'année. Encourager l'adoption et l'utilisation des systèmes OPS.

Rappelant les énormes défis que doit relever l'industrie maritime pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, les spécifications réglementaires prévoyant une réduction d'environ 50% d'ici 2030 pour parvenir à zéro émission d'ici la fin de l'année, ce sera la première fois dans le monde. En 2050, le PDG d'Interferry, Mike Corrigan, a souligné que l'électrification de la propulsion navale est essentielle à la réalisation de ces objectifs. "Les ferries sont déjà un chef de file dans la transition du secteur maritime vers des systèmes hybrides et entièrement électriques, mais une expansion importante du réseau électrique est absolument cruciale pour atteindre les objectifs finaux", a-t-il dit.

Isabelle Ryckbost, secrétaire générale de l'ESPO, a déclaré que "le rôle que les transbordeurs peuvent jouer pour rendre les transports plus respectueux de l'environnement" Les passagers en Europe sont absolument sous-évalués. "Les ferries relient les gens, les régions et les économies", a-t-il dit.






Index Première Page Nouvelles

- Via Raffaele Paolucci 17r/19r - 16129 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail