testata inforMARE

15 aot 2022 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 14:34 GMT+2



15 Juillet 2022

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Les syndicats annoncent leur bataille contre la décision de Wärtsilä pour clore l’activité historique de construction de moteurs marins à Trieste

Fedriga (Région FVG) : choix inacceptable des méthodes et Façons

La prochaine fermeture de l’historique activités de construction de moteurs marins à Trieste depuis la deuxième période d’après-guerre du siècle dernier sur l’activité de l' Grandi Motori Trieste (GMT), née en tant que joint-venture entre le groupe Iri et Fiat, puis sont passés au groupe finlandais Wärtsilä Société qui, depuis 2000, l’a placée sous la direction de Wartsila Italie. La société finlandaise a en effet fait part de son intention de amener la production de moteurs à quatre temps à Vaasa (Finlande) et de cesser la production à Trieste, à condition que : cela entraînera la perte de travail pour environ 450 personnes.

Une annonce qui a provoqué la réaction immédiate du syndicat. Luca Trevisan, secrétaire national de l' Fiom-Cgil, l’a qualifié de décision « totalement Inacceptable. Le choix de Wartsila de fermer toute la production à Trieste et le déplacer à Finalndia, avec la déclaration de 451 licenciements sur 973 travailleurs de l’usine - souligné - doit être renvoyé à l’expéditeur et prouve une fois de plus l’inefficacité de la législation italienne dans la lutte contre l' pouvoir excessif des multinationales et empêcher les délocalisations Production. Il est intolérable que, dans le vide de la politique gouvernement industriel, mesures de protection du travail et activités productives, les multinationales considèrent l’Italie terre de conquête, marchés et savoir-faire à acquérir, sans contrainte certains en termes sociaux et d’emploi ». Trevisan a le gouvernement et la région du Frioul-Vénétie Julienne se sont réunis immédiatement une table institutionnelle avec les syndicats et la RSU d’intervenir directement sur Wärtsilä et d’arrêter le les licenciements et la destruction annoncée d’actifs industriel.

Le Secrétaire Général et le Secrétaire National de Fim Cisl, Roberto Benaglia et Massimiliano Nobis, ont parlé de « sérieux » acte industriel que - ils ont souligné - nous dénonçons et nous nous y opposons ». « C’est - ils ont récriminé - un délocalisation traîtresse, que la multinationale effectue au les épaules du syndicat, des travailleurs et de toute la communauté Trieste et l’ensemble du gouvernement national. Fim Cisl dénonce immédiatement ce choix sérieux qui affaiblit de manière injustifiée un tissu industriel important et qualifié tout comme, sur le transformation de la mobilité de navalmeccanica, oui ils peuvent réaliser des projets d’investissement et un grand avenir. Nous demandons immédiatement à l’entreprise de rendre compte de ce choix sérieux et à partir d’aujourd’hui, nous demandons l’activation de toutes les tables régionales et nationales, pour contrer cette décision et modifier la position du multinational. Comme l’ont rappelé Fim Cisl - Benaglia et Nobis - nous avons dans les relations avec la société depuis un certain temps demandé un compte rendu de la de vrais programmes industriels, mais au cours des six derniers mois, nous avons vu de une partie de la multinationale une attitude opaque et nébuleuse qui aujourd’hui, cela conduit à un choix très sérieux construit dans le dos de la Travailleurs italiens ».

L’Uilm aussi appelé le décision de la multinationale Wärtsilä. « Nous sommes parler - spécifié Rocco Palombella, secrétaire général Uilm, et Michele Paliani, coordinateur Uilm de l' construction navale - d’une usine centrale pour le groupe en Italie, où elle dispose de quatre sites où elle emploie au total 1 150 personnes, dont 973 à Trieste, avec des opportunités et des perspectives significatives productif, également grâce à la proximité du port de commerce. Nous renvoyons à l’expéditeur cet acte pervers, communiqué avec un mode indicible, c’est-à-dire un lien dans vidéoconférence de quelques minutes. Nous renvoyons à l’expéditeur ceci une action à laquelle nous nous opposerons dans tous les forums pour sauvegarder l’occupation et l’avenir de tous les sites italiens. Dès le début - annoncé Palombella et Paliani - nous sommes prêts pour le et nous demandons l’intervention immédiate du Ministère de la Développement économique et institutions locales pour commencer une table de confrontation qui évite une confrontation professionnelle, sociale et productif qui affecte des centaines de travailleurs, de familles et toute une communauté ».

Annonce de la décision de fermer l’entreprise à Trieste, le groupe finlandais a précisé que cela permettra économies annuelles d’environ 35 millions d’ici 2025, tandis que le la réorganisation des activités aura un coût pour la société d’environ 130 millions d’euros. Rassurant sur le le maintien des activités en Italie, le Président et Directeur général de Wärtsilä, Håkan Agnevall, a expliqué que « l’Italie et Trieste continueront d’être très important pour Wärtsilä dans de nombreux domaines, car nous avons l’intention de faire partie du processus de décarbonisation de l' les industries de la mer et de l’énergie ».

« Dans les circonstances difficiles de ces dernières années - il suite Agnevall - nos employés à Trieste ont réalisé un un travail louable. Cependant, nous devons centraliser notre base production en Europe pour améliorer encore notre compétitif ». Réaffirmant que l’Italie et Trieste continueront à être très important pour Wärtsilä, Agnevall a a précisé qu'« à Trieste, notre avenir sera concentré sur les activités de recherche et développement, les ventes, les projets la gestion, l’approvisionnement, les services et la formation. Aujourd’hui à Trieste - ha rappelé - une partie substantielle de nos employés est engagés dans ces activités ».

Pas du tout satisfait des assurances de l’entreprise, le Président de la région Frioul-Vénétie Julienne, Massimiliano Fedriga, a dénoncé que « ce qui a été mis en place est un un comportement et un choix que nous considérons comme inacceptable dans les méthodes et dans les voies et cela nous laisse sans voix aussi et surtout parce que depuis plus d’un an maintenant, pas seulement la région du Frioul La Vénétie Julienne mais aussi le gouvernement national avaient reçu amplement des assurances à la fois de la part de la direction de l’entreprise et aussi de la part de la Institutions diplomatiques et gouvernementales finlandaises. Nous demandons depuis immédiatement - dit Fedriga - que le relocalisation avec la procédure lancée aujourd’hui, ainsi que de ne pas donner suite aux licenciements ».

Se référant à l’absence de toute communication de l’entreprise à propos de cette décision, le gouverneur de la Région a a souligné que Wärtsilä « a même fait demande de fonds PNRR du gouvernement et que, au début de cette , avait reçu une contribution de l’administration régional pour le développement de l’usine numérique ». L’entreprise - Fedriga a ajouté - « il a eu plusieurs fois non seulement a réitéré la volonté de maintenir la production mais, même, mettre en œuvre le développement du site de Trieste. Face à ces promesses initiales et compte tenu de la décision inacceptable actuelle nous croyons avoir affaire à ceux qui mentent. Si nous s’il s’agissait d’autres testaments, différents de ceux garanti, l’entreprise aurait pu et dû les communiquer à temps et les moyens appropriés, de manière à permettre aux institutions, les syndicats et les réalités productives, à planifier à temps et à la améliorer la situation. Si Wärtsilä persiste dans poursuivre dans cette voie et le confirmera donc jusqu’à aujourd’hui a menti - a poursuivi le président de la Région - j’espère que l’ensemble du secteur de la production italienne ferme avec lui tous les types de ratio. Comment un client peut-il penser à cela entreprise d’avoir des relations garanties avec ceux qui mentent et font le contraire par rapport aux engagements pris ? Face à un tel comportement que Je pense que c’est indicible et inacceptable, qu’il y aura maintenant un réponse unitaire et forte, qui verra le système institutionnel, confindustriale, productif et syndical du Frioul Venezia Giulia se déplace de manière compacte et décisive pour assurer aux salariés tout d’abord une protection du travail et, surtout, une leur avenir. Par conséquent, d’une part, nous attendons de voir par l’entreprise immédiatement toutes les procédures qui garantissent le travailleurs leurs protections légitimes et dues et, d’autre part, j’espère ainsi que l’activation de toutes les conséquences prévues par la loi pour le suivi de cette décision inacceptable. La Région - conclu Fedriga - pour sa part, déjà aujourd’hui, il y en a; immédiatement se tiendra aux côtés des travailleurs pour fournir non seulement tout le support mais aussi le chemin qui peut leur garantir un certitude de l’avenir ».

La déclaration du ministre du Développement est également très dure économique: « nous sommes surpris et très irrités - a-t-il déclaré Giancarlo Giorgetti - pour la décision injustifiée et incorrecte de Wärtsilä qui a soudainement annoncé la fermeture de la ligne de production à Trieste. Je me suis confronté ce matin avec la ministre finlandaise Ville Skinnari, qui n’était pas non plus au courant tout. J’ai déjà ordonné la convocation immédiate des sommets de l’entreprise pour des explications sur leur comportement également à la lumière du fait que la société finlandaise avait démarré juste avec le ministère de la Défense une négociation pour conclure un accord de innovation ».


ADSP Tirreno Centrale
PSA Genova Pra





Index Première Page Nouvelles

- Via Raffaele Paolucci 17r/19r - 16129 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail