testata inforMARE

25 septembre 2022 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 14:28 GMT+2



15 Septembre 2022

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
L’ERFA, la hausse des prix de l’énergie ne nuit pas seulement à la compétitivité du transport ferroviaire de marchandises, mais met en péril la survie des PME du secteur

L’association exhorte à plafonner les prix de l’énergie pour le transport ferroviaire de marchandises et demande la reconnaissance du secteur en tant que service stratégique

La hausse rapide et très élevée des prix de l’énergie pose la compétitivité du transport ferroviaire de marchandises est gravement menacée et la survie même des petites et moyennes entreprises européennes secteur. L’alarme a été lancée par European Rail Freight Association (ERFA) avertit que cette augmentation drastique des coûts a le potentiel non seulement d’inverser le transfert modal, mais aussi de changer radicalement la composition du Le secteur européen du fret ferroviaire, avec de nombreuses entreprises qui risquent de quitter les marchés ou même de ne pas le faire en fonction de l’évolution des politiques de tarification de l’énergie.

Ce sont des difficultés que les entreprises de transport de marchandises sur les rails ne doivent pas faire face à long ou moyen terme, ni court, mais plutôt dans l’immédiat à devoir - mis en évidence l’association européenne - si elle n’a pas assez d’énergie acheté pour 2022 et 2023, assurez-vous immédiatement que le l’approvisionnement en énergie pour poursuivre l’activité opérationnelle en une époque où, dans certains États membres de l’UE, les prix l’énergie a décuplé ces derniers mois. L’ERFA a précisé que dans de nombreux cas, en particulier pour les plus petit, cela impliquera le transfert des coûts à l' et, si cela n’est pas possible, la sortie du marché des opérateurs ou, dans certains cas, même leur défaillance. En outre - dénonce l’association - il y a encore des Etats membres lorsque les entreprises ferroviaires ne peuvent même pas accéder directement au marché de l’énergie et sont totalement dépendants les décisions d’achat des gestionnaires d’infrastructure les chemins de fer et leur mécanisme de transfert des coûts.

L’Association européenne du fret ferroviaire a également souligné le existence du risque réel d’une consolidation de l' le transport ferroviaire de marchandises déclenché par la hausse des prix d’énergie, un risque que l’association considère comme plus prononcé dans les pays où les opérateurs ferroviaires historiques avoir un accès plus favorable au financement.

L’association a également averti qu’en l’absence de toiture les prix maximaux de l’énergie pour le transport ferroviaire de marchandises, ainsi que les compagnies de chemin de fer qui ont acheté de l’énergie pour le faisant encore partie de cette année et pour 2023, ils seront toujours contraints d’introduire d’importantes augmentations des droits de douane à payer par le ses clients ainsi que pour limiter leur croissance dans de nouveaux afin de limiter la consommation d’énergie. Ceci - a ERFA observé - nuira à la capacité du secteur croître conformément aux objectifs énoncés dans la stratégie Européen pour une mobilité durable et intelligente.

Il faut donc - a exhorté l’association - que, en tant que solution à court terme, la Commission européenne et le Les États membres prennent des mesures pour limiter les prix de l’énergie afin de : des secteurs d’importance stratégique tels que le transport ferroviaire de marchandises, alors que pour une solution à long terme, ce sera il est nécessaire de trouver un mécanisme de tarification durable d’énergie.

« Sans soutien - a expliqué le président de l’ERFA, Dirk Stahl - dans cette situation extrême, qui est hors de la notre contrôle, il sera difficile de ne pas assister aux opérateurs qui quittera le marché. Déjà à partir du mois prochain - ha ajouté - la situation deviendra critique et est il est essentiel que des mesures soient prises aux niveaux européen et national ».






Index Première Page Nouvelles

- Via Raffaele Paolucci 17r/19r - 16129 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail