ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

16 juillet 2020 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 06:56 GMT+2



18 Mars 2020

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Comme le personnel je soigne et les forces de sécurité - ils soulignent ECSA et ETF - dans ces situations critiques les maritimes sont travailleurs essentielles et il y a besoin que les gouvernements les reconnaissent comme tels

Les deux organisations demandent à l'EU et aux États membres des mesures extraordinaires pour que l'shipping européen puisse dépasser la grave crise causée de l'émergence coronavirus. Propositions de la Confitarma au gouvernement italien

À cause de l'émergence pour la diffusion en Europe du covid-19 le secteur européen du transport maritime risque de collassare et pour l'éviter il est nécessaire l'urgent adoption de mesures législatives et de particulières initiatives. L'ils ont souligné aujourd'hui l'European Community Shipowners'Associations (ECSA) et l'European Trasnport Workers'Federation (ETF) en mettant en évidence qu'il est fondamental assurer que l'industrie maritime de l'Union Européenne soit en mesure de dérouler de sa fonction cruciale pour l'économie et les citoyens d'Europe. L'association des armateurs européens et le syndicat européen des travailleurs des transports ont remarqué la necessité de garantir que biens essentiels, énergie, produits alimentaires, médicinaux et beaucoup d'autres marchandises produites hors de l'EU puissent être délivrées au marché européennes, à ses citoyens et à ses industries, et qu'ils puissent être transporté dans la mode plus fluide possible parmi les États membres de l'EU. Si cela ne sera pas garanti - ils ont remarqué ECSA et ETF - beaucoup de chaînes d'approvisionnement subiranno grave conséquences ou ils iront rencontre à bloque total en rendant l'impact économique provoqué de la crise encore plus considérable par rapport à quel il ne se soit pas déjà produit.

Sur la base de telles considérations ECSA et ETF ont invité l'EU à soutenir ce secteur et ses travailleurs avec des mesures et actionnes des details qui - ils ont réaffirmé les deux organisations - doivent être adoptés avec la plus grande urgence.

ECSA et ETF ont expliqué que les mesures adoptées jusqu'à maintenant des États de l'EU pour limiter la circulation des personnes au fin de réduire au minimum les risques d'infection, quoique compréhensibles, ont des graves répercussions sur la circulation des maritimes et ont précisé que même la fermeture des ports représente un facteur considérable. Les deux organisations ont souligné qu'il est de plus grande importance que les bateaux puissent amarrer où nécessaire et que les membres des équipages puissent s'embarquer ou débarquer de leurs bateaux en affrontant le mineur nombre possible d'obstacles, déplacements - ils ont précisé ECSA et ETF - qui par contre deviennent toujours plus difficiles. Les deux organisations donc ont demandé que soit garantie la flexibilité et l'assistance nécessaire pour garantir que les maritimes puissent continuer à effectuer son travail et aient la permission de partir de leurs maisons et de vous rentrer. À tel fin ECSA et ETF ils ont demandé que les maritimes soient exonérés des défences aux effettuazione de voyages disposés à niveau national. En outre deux des organisations, même si ils n'ont pas expressément demandé de ne pas forcer les maritimes qui tournent à maison à observer une période d'isolation, ont exhorté à les traiter « pragmatiquement ». Vraiment comme le personnel je soigne et les forces de sécurité - ils ont éclairci ECSA et ETF - dans ces situations critiques les maritimes sont travailleurs essentielles et il y a besoin que les gouvernements les reconnaissent comme tels et les assurent une attention détail.

_parmi le autre problematicità créer le émergence coronavirus le transport maritime, y avoir même - avoir spécifier le ECSA et le ETF - cela relatif le durer grand le période embarquement le maritime. Sur eux demandée, ou pour l'absence de l'équipage qui les devrait substituer ou bien pour l'absence de vols aériens de leur port de je débarque prévu à leur pays d'origine - ils ont éclairci les deux organisations - les maritimes pourraient devoir passer plus de temps à bord des bateaux de ce qu'établi de leurs contrats de travail ou prévu des lois nationales qui appliquent la Convention internationale sur le travail maritime (ILO-MLC, 2006). À la lumière cette ECSA et d'ETF ils ont demandé que les États de drapeau et d'abordage appliquent une approche pragmatique à des telles situations et, en évaluant cas par hasard, à la lumière des implications de la pandémie et en tenant présent que les bateaux doivent naviguer avec à bord un équipage au complet, ils permettent aux membres des équipages de rester à bord des bateaux pour une période raisonnablement supérieure à leurs prévus des roulements de service.

Un autre problème mis en évidence ECSA et d'ETF, qui la semaine passée avait déjà été posé à l'attention à niveau national en Italie d'Assarmatori, de Confitarma et de Federagenti(du 12 Mars 2020), il est cela des certificats dont ils doivent être en possession les maritimes. Ces derniers - ils ont expliqué - à cause des restrictions aux voyages peuvent être forcés à passer plus de temps de l'habitude à bord du bateau puisqu'ils ne sont pas autorisés à débarquer. En outre quelques instituts de formation ont suspendu l'activité pour contenir la diffusion du virus. Cela - ils ont observé ECSA et ETF - peut par conséquent comporter que les maritimes ne puissent pas dérouler la formation nécessaire pour obtenir une prorogation de leurs certificats, avec la conséquence qui pourraient arriver à échéance. Même dans ce cas ECSA et ETF ont invité les États de drapeau et d'abordage à appliquer une approche pragmatique en étendant au moins trois mois la validité des certificats, mesure - ils ont spécifié - que pour être efficace demanderait l'implication des régimes régionaux de Port Êtes Control dans le monde entier.

ECSA et ETF ont demandé même des particulières mesures de soutien et de la sauvegarde de l'occupation en considération du fait que, à cause du considérable impact négatif des limitations aux voyages sur les activités de transport maritime de passagers et de la réduction de la navigation des marchandises, les compagnies de navigation ont dû adapter leurs activités opérationnelles et leurs coûts en réduisant même le personnel soient de terre que navigant.

ECSA et ETF ont invité même à prendre en considération les difficultés déterminées des restrictions aux voyages à l'activité des inspecteurs qui, pour loi, doivent mener des contrôles à bord des bateaux et ont exhorté les autorités à prévoir pour ces personnel exonérations par rapport à des déterminées mesures analogues aux àquelles les deux organisations ont sollicité pour les maritimes.

Outre les problématiques relatives au personnel qui actionne dans le secteur du transport maritime, ECSA et ETF ils ont mis en évidence même l'impact qui l'émergence covid-19 a sur les activités opérationnelles de shipping, à partir de la certification des bateaux qui est rendue plus difficile de la considérable réduction de la disponibilité de bassins de carénage causée des mesures de précaution pour contenir le virus. Même dans ce cas ECSA et ETF ils ont demandé flexibilité aux États de l'EU en proposant l'étendue de la validité des actuels certificats au moins trois mois, mesure même celle-ci - ils ont spécifié - que pour être efficace demanderait une approche globale.

ECSA et ETF ont demandé en outre des lignes guide claires et cohérentes pour permettre aux bateaux de croisière, qui n'ont pas été autorisés à amarrer dans les ports de quelques nations, de pouvoir entrer dans leur port d'origine en Europe. débarquer passagers et j'équipe en permettant leurs retourne dans son pays.

ECSA et ETF ont enfin demandé que la Commission Européenne et les États membres fournissent assistance financière aux entreprises du secteur de shipping, qu'est particulièrement frappé de la crise. Selon les deux organisations, les instituts bancaires de l'Union Européenne devraient être supportés d'un cadre normatif adéquat à niveau EU pour résoudre les immédiats problèmes de liquidités des armateurs et - ils ont remarqué - l'paquet de mesures approuvé la semaine passée de la Banque Centrale Européenne devrait être préposé sans retard au fin de permettre aux banques de continuer à financier le secteur maritime. En outre, pour ECSA et ETF, le soutien de l'EU devrait couvrir même le financement des investissements qui seront essentiels pour que le secteur puisse se reprendre dans le long terme. ECSA et ETF ont demandé même une flexible application des orientations en matière d'aides de l'État aux transports maritimes de sorte que des telles aides, comme par exemple les régimes pour la réduction des coûts du travail, puissent être garanties pour que des compagnies armatoriali et maritimes puissent affronter l'actuelle situation extraordinaire.

Entre temps en Italie le président de la Confédération Italienne Armateur (Confitarma), Mario Mattioli, a envoyé à Paola De Micheli, ministre des Infrastructures et des Transports, une lettre, que nous publions de suite, dans lequel illustre quelques propositions de la Confédération pour que le secteur maritime italien puisse dépasser les évidentes difficultés imposées de l'émergence covid-19.


Covid-19 : propositions Confitarma pour le Gouvernement

aujourd'hui, ensemble avec tout le tissé productif national, l'entier monde de shipping - de la crocieristica, au transport de marchandises et de passagers, en impliquant même les services portuaires - vit avec extrême préoccupation se développer de la grave émergence covid-19 même pour l'impact qui ont et continuera à avoir sur le système socioéconomique à italien.

L'exceptionnelle situation déterminée de l'émergence epidemiologica qui force les entreprises armatoriali finanche à l'arrêt, partielle ou totale, des bateaux de ses flottes demande la détermination premières et des urgenux mesures de soutien extraordinaire au secteur. Comme connu, le transport en général, et celui maritime en particulier, revêt une importance vitale pour le fonctionnement de l'économie et pour assurer le ravitaillement indispensables dont notre Pays a besoin : des matières premières liquides et solides aux produits finis qui alimentent notre économie, en assurant notre subsistance surtout dans cette période de serrant et des nécessaires restrictions à notre normal style de vie.

En particulier, pour les trafics de cabotage et pour les liaisons avec les îles tu majores et des mineurs, les bateaux et leurs équipages sont l'premier, indispensable, l'anneau de la logistique des biens de première necessité, compris produits alimentaire, médicaments et dotations sanitaires. Logistique qui, surtout aujourd'hui, ne peut pas se permettre absolument quelque interruption.

Pour ces raisons, dans la confirmation dès maintenant de la nôtr'il complète de la disponibilité à poursuivre dans l'action convaincue de support l'Administration, considerons approprié soumettre à Son attention l'exigence d'adopter vite des suivantes mesures :
  1. Intervention exceptionnelle de soutien au revenu en faveur de tous les maritimes italiens et communautaires impliqués en situations de suspension ou la réduction de l'activité ouvrable à cause de l'arrêt des bateaux. Telle mesure devrait compléter les ressources du Fond de Solidarieté Bilatérale du Secteur Maritime (SOLIMARE), en permettant le dépassement des plafonds d'entreprise d'utilisation de dicton Fonds.
  1. Au fin de soutenir les liaisons maritimes que, malgré je baisse des trafics et les restrictions au transport passagères, continuent à garantir l'approvisionnement de marchandises, tu alimentes et des médicaments et des produits stratégiques pour le Pays, souhaitons des interventions tournées à la réduction des coûts d'abordage des bateaux, circonstance qui déjà se vérifie dans autres États membres de l'EU. Parmi ceux-ci, en premier lieu l'exonération temporaire, à faire à donnée de l'adoption des mesures restrictives adoptées du Gouvernement, du paiement des droits et d'autres charges portuaires et, dans ajoutée, la compensation totale, ou au moins partielle, des frais pour les services portuaires (services technicien-nautiques) et de la soute. Prédites des mesures on devrait appliquer aux bateaux en service de cabotage national, de ro-ro et de ro-ro pax employées même sur des lignes d'autoroutes de la mer internationales qui escaladent tendus italiens. Enfin, on devrait prévoir la temporaire exemption, totale ou partielle, du paiement des loyers concessori du terminal qui actionnent prédits des trafics.
  1. Étendue, pour une période de douze mois, aux bateaux inscrits dans les matricules nationaux et qu'ils déroulent des activités compatibles avec les Orientations communautaires en matière d'aides de l'État aux transports maritimes, de l'exonération du versement des contributions previdenziali et dont d'assistance à l'art.6 du décret-loi n. 457/97 promulgué n.30/98.
  1. Financements jusqu'à trois ans à valoir sur des Encaisses Tu déposes et des Prêts (CDP) et avec garantie D'état de dernière instance affectée directement de CDP ou des Banques Agentes selon à une convention, pour faire face à l'augmentation des coûts opérationnelles de gestion, qui s'est engendrée soit suite à difficultés opérationnelles posées des États EU ou extra EU aux bateaux de drapeau italien et avec équipages italiens et/ou communautaires, soit de bateaux dans le-up- elle (dehors service et/ou « à encore »). Telle proposition prend occasion de DL (soi-disant Décret « Soigne Italie », pendant qu'il s'écrit dans de publication) qu'il prévoit le soutien aux liquidités des entreprises frappées de l'émergence epidemiologica « covid-19 » à travers des financements de la part de CDP, même dans la forme de garantie c.d. « à première perte ».
  1. Suspension, au fin d'adapter les plans à la changées à des contingences, relative à n'importe quel acte de procès, à la communication, à l'accomplissement inhérents à des procédures ex art. 161 et 182/bis Lit Ruineux, justifié avec l'impossibilité de respecter les termes prévus de la loi étant le procès de révision des plans et la difficulté d'élaboration des mêmes.
  1. moratoire standstill de 18 mois sur toutes aux expositions financières en stérilisant la possibilité d'accélération et autres remèdes des bailleurs de fonds.
Il se signale aussi que Confitarma s'est activée avec ABI (en fournissant prête informative à Confindustria) au fin d'adopter un schéma d'accord qui prévoie ce qui suit :
  • « cristallisation » (forbearance) des actuels accords dans être aux sens de l'art. 67 de la Loi Ruineuse (Accords de Restructuration de la Dette) pour durée de 18 mois. Cela éviterait aux entreprises qui respectent les Plans originaires d'être à nouveau classifiées parmi les positions NPLs/UTPs, ou bien de devoir affronter, dans conteste d'extrême incertitude, des ultérieures et lourdes charges jointes à l'éventuelle immédiate nouvelle affirmation des Plans économique-Financiers ;
  • j'accorde qu'il réplique dans les principes de maxime l'actuel « Accord pour le Crédit » stipulé et prorogé entre ABI et Confindustria et qu'il permette aux entreprises du secteur le droit d'« étendue » des actuels financements hypothécaires jusqu'à un maximum du 100% de la durée restante des mêmes (compatiblement avec la validité des garanties au dessous). Tel droit mûrit pour ces entreprises les positions desquelles ne sont pas classifiées parmi NPLs/UTPs (ex Crédit Détérioré).
Sur les susdits derniers deux points, qui ne comportent pas un direct engagement normatif, on demande le plus grand support pour qu'on puisse arriver combien première à un accord formel avec ABI et/ou avec les principaux Groupes Bancaires.

Enfin, avant ringraziarLa pour l'attention qui voudra nous réserver, je considere approprié partager avec Elle une dernière réflexion liée à la necessité traguardare de la fin de cette grave émergence. Je sais bien qu'Elle et tout les nôtre Je gouverne, en primis le Président Conte, étées déjà en travaillant pour contenir plus possible les effets de la crise, et au tel fin, je me permets formularLe de l'auspicio qui puisse intervenir en temps rapides l'approbation communautaire au renouvellement du régime d'aides aux transports maritimes SAIT 48260 (2017/NN). Nos entreprises et tout le système logistique tireraient un grand avantage de la définition positive et en des temps brefs de telle parcours.

Avec le souhait que cet grave instant qui notre Pays traverse tu passes plus en vitesse possible, Je les confirme à nouveau, Mme Ministra, la pleine disponibilité mienne et de l'armement italien que je représente à supporter tout combien Il considerera approprié et nécessaire.

Mes cordiaux saluer,
Mario Mattioli

PSA Genova Pra'



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail