testata inforMARE

10 aot 2022 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 20:33 GMT+2



13 Juillet 2022

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Confitarma appelle à des décisions urgentes pour faire face à la pénurie de gens de mer italiens

Parmi les propositions, financer les formations de base nécessaires d’embarquer des jeunes à bord de navires et de permettre l’embarquement temporaire de contingents de gens de mer de pays tiers sur les métiers du cabotage

Il faut espérer que les ressources économiques prévues dans la Le Plan national de relance et de résilience peut être mis en œuvre disposition des Instituts Techniques Supérieurs de la Mer dans les temps rapidement et efficacement. Giacomo l’a souligné Gavarone, président du groupe technique " Ressources Humaines et Relations industrielles » par Confitarma, et Salvatore d’Amico, Président du Groupe Technique « Education et Capital Humain » et le Groupe des Jeunes Armateurs de Confitarma, dans le cadre du observations et propositions de la confédération des armateurs Italien pour faire face à la pénurie de marins italiens, qui en particulier crée de graves difficultés, en particulier pour les services le cabotage et pour l’exploitation de transbordeurs.

Préciser d’abord que l’écart entre l’offre et la demande de les gens de mer sont un phénomène structurel de caractère monde longtemps dénoncé par d’importantes associations international tel que BIMCO, d’Amico a noté que « pour Face à ce problème, l’armement italien a longtemps été investir massivement dans la formation des travailleurs Maritime. Je me souviens - ajouté d’Amico - que les différents ITS de la Mer ils sont une excellence sur la scène nationale de la formation parce que, après l’obtention du diplôme, permettre des taux d’employabilité près de 100 %. Pour cette raison, l’activité des STI devrait être considérablement élargi et, à cette fin, l’espoir est que le d’importantes ressources économiques prévues dans le PNRR peuvent être mises en place disponible pour les STI rapidement et d’une certaine manière efficace pour la réalisation de nouveaux cours, en particulier ceux d’obtenir la certification d’officier mécanicien, pour le qu’il y a un manque évident de vocation de la part de l' nouvelles générations ».

Gavarone a précisé que, « par rapport au passé, merci à l’accord syndical pour l’internat des étudiants en 2020, est augmentation significative du nombre d’étudiants officiers à bord sur les navires battant pavillon italien: tous les jours à bord des navires armé par les sociétés associées à Confitarma - expliqué Gavarone - en moyenne, deux étudiants officiels sont à bord. À l’occasion de l' prochain renouvellement de contrat Confitarma ne soustraira pas discussion avec les syndicats à ce sujet l’augmentation de l’allocation accordée à cette personne, étant entendu que l’étudiant, pendant la période pendant laquelle il est à bord, mène des activités de formation et de formation. »

« Il est bon de savoir - a poursuivi Gavarone - celui du plus de 1 100 gens de mer dont les compagnies maritimes souffrent de la environ 1 000 personnes ne sont pas officielles, mais les gens de mer sont qualifiés pour machines, ouvriers mécaniques, automobilistes, laiton, électriciens, marins, jusqu’à une part très importante (plus de 500) du personnel de chambre (serveurs, apprentis et enfants de chambre) et cuisine (cuisiniers de l’équipage et enfants de cuisine). Une telle situation - a clarifié Gavarone - est déterminé par de multiples facteurs, un en fonction du nombre de personnalités professionnelles : par exemple, l’absence de qualifications spécialisées en machine ou celle du cuisinier de l’équipage est clairement dû aux exigences d’accès à ce qui précède des chiffres aujourd’hui totalement dépassés et l’absence de cours spécifiques de formation qui ne permettent donc pas le remplacement normal générationnelle de travailleurs maritimes qui, au fil du temps, se lancent dans pension. Pour les autres chiffres, en particulier ceux qui effectuent bord les soi-disant services de chambre, le phénomène que nous trouvons de Front de nos jours est extrêmement complexe et les facteurs qui déterminent qu’il est multiple. Sans crainte de déni nous pouvons dire que, d’une part, l’augmentation du nombre de les traversiers mis en service au cours des dernières années ont déterminé un besoin accru de la part des compagnies maritimes de ces figures professionnelles, et d’autre part, le fort redémarrage de la le tourisme a naturellement conduit de nombreux gens de mer à choisir occupations « sur le terrain ». L’effet combiné de ces deux facteurs contribue de manière très significative creuser l’écart entre l’offre et la demande ».

« Ce serait donc important - a souligné Salvatore d’Amico - supprimer tous les obstacles actuels, les règlements et opérationnel, à l’entrée des jeunes sur le marché du travail maritime. En plus de la réforme convoitée du placement des personnes de la mer (y compris la mise à jour des exigences d’accès à la personnalités professionnelles), les jeunes doivent être soutenus financièrement qui veulent entreprendre les carrières de la mer en finançant au moins en partie les cours de formation de base nécessaires pour embarquer à bord des navires, dans le sens de ce qui est fait avec le « bien » permis de conduire » pour les transporteurs routiers. Toutes ces initiatives, s’ils sont mis en place rapidement, ils pourraient générer, déjà en quelques mois, nouvelle occupation maritime italienne ».

« Pour résoudre immédiatement l’urgence de cet été éviter l’immobilisation des navires et les inconvénients importants qui en résultent en particulier dans les connexions avec les îles - a conclu Giacomo Gavarone - il n’y a cependant pas d’autre moyen que de permettre temporairement aux compagnies maritimes qui prouvent avoir appels infructueux aux placements des personnes de la mer - sous réserve de l’autorisation des syndicats - l’embarquement de quotas de gens de mer de pays tiers dans les trafics de cabotage. Flexibilité pour une industrie mobile telle que l’industrie maritime est un élément indispensable pour assurer le fonctionnement de navires ».






Index Première Page Nouvelles

- Via Raffaele Paolucci 17r/19r - 16129 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail