testata inforMARE

30 juin 2022 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 02:43 GMT+2



9 Juin 2022

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Les associations armathéales Assarmatori et ANAVE mettent en avant les éléments critiques de la proposition d’inclusion des expéditions dans le SEQE de l’UE

Catani: il faut éviter de prendre des décisions intempestives qui risquent d’aller à l’encontre des objectifs défini en termes de durabilité

Qui sait si le soupir de soulagement tiré pour le manqué l’inclusion du transport maritime dans le système d’échange de quotas de Émission de l’UE, à la suite du vote contre d’hier par Le Parlement européen, qui a reporté la proposition d’amendement de la système à la commission de l’environnement ( sur 8 Juin 2022), a coupé le souffle aux représentants des armateurs Européen. Le fait est que 24 heures avant le vote du Députés européens associations d’armateurs de la Communauté européenne (ECSA) n’a pas encore fait entendre sa voix dans son commentaire du résultat du scrutin qui a eu lieu à Strasbourg, comme si le Les armateurs européens ne se souciaient plus de ce qui se passait lors de la session plénière du Parlement appelée à évaluer les travaux législation adoptée par les Commissions sur des questions centrales pour l' Livraison. Peut-être sera-t-il de la faute du fait que l’ECSA est actuellement à la recherche d’un responsable de la communication à donner voix aux considérations et propositions de l’association de Armateurs européens. Les personnes intéressées par l’offre d’emploi devront soumettez votre curriculum vitae d’ici demain. Peut-être pour c’est maintenant l’association afona.

Donner une voix aux réflexions de l’industrie portuaire européenne les associations professionnelles d’Italie et d’Espagne y ont pensé. « Le vote du Parlement européen contre le rapport sur la réforme du SEQE pour les quotas d’émission et de ses saisine simultanée de la Commission ENVI - a commenté Matteo aujourd’hui Catani, directeur de l’Assarmatori italien ainsi que PDG de Grandi Navi Veloci - fournit le Expédition italienne et à l’européen dans son ensemble le temps indispensable pour poursuivre le dialogue avec les différents interlocuteurs sur les problèmes critiques du pack Fit for 55 et révèle une prise en main de conscience, au moins en ce qui concerne le transport maritime, la complexité de la législation en question, relative la réduction des fumées par les navires et le la nécessité de procéder à des enquêtes complémentaires ».

Notant que « d’Europe, mais aussi de l’OMI, ils viennent signaux relatifs à la volonté d’accélérer sur le sujet de réduction des émissions », Catani a noté que, cependant, « À ce jour, il n’y a pas de clarté sur les technologies qui peuvent permettre en si peu de temps d’atteindre le résultats attendus. Et cela conduit à de fortes incertitudes sur le et un manque de pleine sensibilisation de la part de l' législateurs, sur le temps nécessaire à l’adaptation technologique des navires ».

Catani a rappelé que depuis un certain temps, Assarmatori souligne comment l’introduction de la navigation dans le système d’échange de quotas de les émissions ne sont viables que si certains changements sont mis en œuvre substantiel par rapport à ce qui est actuellement envisagé: parmi ceux-ci, un calendrier d’introduction progressive plus réaliste, exemption pour certains segments de transport (tels que ceux qui garantissent le continuité territoriale et transbordement), un suivi l’impact de la mesure et l’utilisation des ressources dérivées l’achat de quotas d’émission pour financer la recherche et les investissements technologiques nécessaires pour atteindre les objectifs. « Enfin - dit Catani - il est nécessaire tenir compte de l’ensemble du cycle de vie des combustibles, évaluant ainsi également les émissions produites pendant la phase de production, de transport et le stockage qui peut changer et aussi de manière significative le impact réel sur les objectifs de réduction. Toujours dans cette perspective, le Décision du Parlement européen de laisser plus de temps pour la réflexion et l’analyse sont donc d’une importance essentielle pour éviter de prendre des décisions intempestives qui risquent d’aller de l’avant contrairement aux objectifs fixés en termes de durabilité ».

Avant d’expliquer pourquoi, de l’avis de l’Asociación de Navieros Españoles (ANAVE), la proposition de modification de la Système européen d’échange de quotas d’émission (SEQE), quelques enjeux critiques pour les entreprises de transport maritime Espagnol, l’association madrilène a rappelé quels sont les points pierre angulaire, pour le meilleur ou pour le pire, de l’amendement proposé, qui est il a été présenté avec un rapport rédigé par l’Allemand Peter Liese. L’ANAVE a expliqué que la proposition, en ce qui concerne les transports maritime, a considérablement resserré celui présenté l’année dernière Juillet de la Commission européenne ( sur 14 Juillet 2021), proposant tout d’abord d’étendre le champ de application à d’autres gaz à effet de serre et pas seulement au CO2. En outre, l’association espagnole a rappelé que la proposition a été votée hier, le Parlement européen s’attend à ce que les mesures soient appliquées navires d’une jauge brute d’au moins 400, tandis que le La proposition de la Commission européenne prévoit qu’elles s’appliquent aux navires de au moins 5 000 TJB, et qui s’appliquent à 100 % des émissions de voyages en mer à destination et en provenance de pays tiers par rapport aux 50 % proposés par le Commission. De plus, la progressivité a été éliminée l’entrée en vigueur des règles.

L’ANAVE a également énuméré le bien-fondé de la modification proposée. illustré par Liese, en partant du fait qu’il doit être l’exploitant commercial du navire supportera les coûts du SEQE et de la création d’un « Fonds Océan » à alimenter avec le 75% des revenus générés par le SEQE et avec 100% des pénalités de l’initiative FuelEU Maritime, un fonds dont les ressources seraient des ressources utilisé pour des projets permettant la décarbonisation de l’industrie maritime. En outre, l’association des armateurs Spanish a souligné que parmi les amendements adoptés hier avec 365 votes pour et 263 contre il y a l’exemption de voyage les gens de mer exécutés dans le cadre d’un contrat de service public ou soumis à des obligations de service public. À cela À propos, ANAVE a rappelé qu’en Espagne tous les services transport maritime régulier de passagers, véhicules en remorque de passagers et de marchandises roulières entre les ports situés sur la péninsule et dans Les territoires espagnols non péninsulaires sont soumis aux obligations de service public.

Selon l’ANAVE, « cependant, ces améliorations ne sont pas suffisant pour assurer la cohésion territoriale en Espagne et éviter les distorsions de concurrence. Entre autres questions - spécifié l’association espagnole - il serait nécessaire de définir un traitement spécial pour les îles Canaries en tant que région outermost, comme convenu hier par la session plénière du Parlement européen pour le transport aérien ».






Index Première Page Nouvelles

- Via Raffaele Paolucci 17r/19r - 16129 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail